Les archives des Bulles

Décès d’Ilya Prigogine

mercredi 28 mai 2003, par François Schreuer

JPEG - 24.1 ko

Morose épitaphe rédigée par des rédacteurs de dépêches trop pressés, la litanie des prix et distinctions reçues par Ilya Prigogine tout au long de sa brillante carrière pourrait éclipser l’essentiel : avec lui disparaît probablement l’un de ceux qui ont le plus contribué à la prise de recul des sciences par rapport à elles-mêmes, à l’abolition du mythe scientiste de l’omniscience, au désenchantement vis-à-vis de la rationalité mécanique propre à la modernité. Ainsi, sa contribution à la formalisation des conditions de possibilité du hasard et des évolutions irréversibles au sein des lois physiques a des conséquences épistémologiques qu’on mesure à peine : il s’agit, entre autres, de rien de moins que de l’introduction du temps dans la physique.

La mise en avant de l’observateur, dont le point de vue devient contestera à la modélisation théorique abstraite le rôle central dans la recherche, fut elle aussi un apport important d’Ilya Prigogine à la physique contemporaine. Comme le dit Tagore, « S’il existe une vérité dépourvue de relation sensible ou rationnelle avec l’esprit humain, elle restera néant aussi longtemps que nous resterons des humains ».

Loin d’être qualifié pour disserter longuement sur le personnage, je me contenterai de signaler une page web intéressante sur son oeuvre. A défaut de pouvoir faire mieux, n’oublions pas ce grand bonhomme.

Voir en ligne : http://perso.wanadoo.fr/marxiens/philo/pretapen/prigogin.htm