Les archives des Bulles

Pourquoi les universités utilisent-elles encore des logiciels Microsoft ?

jeudi 18 novembre 2004, par François Schreuer

Voilà une question à laquelle je ne trouve pas de réponse rationnelle. Les universités de Communauté française (on pourrait même parler de l’enseignement en général) sont assez bien dans la dèche ces temps-ci. Les budgets craquent de toutes parts, il manque des sous pour pas mal de choses essentielles (engager des profs, continuer à payer tout ceux qui sont engagés, entretenir les bâtiments, développer la recherche, acheter des bouquins et payer des abonnements aux bibliothèques,...).

Malgré cela, il me semble — considération toute empirique obtenue par quelques coups de sonde réalisés personnellement ou par potes interposés — que la plus grande partie du parc informatique des universités continue à tourner avec des logiciels Microsoft (Windows + Office étant la norme de base qu’on retrouve absolument partout). Malgré les licences à tarif préférentiels octoyées au monde de l’éducation, ça continue, je pense, à représenter des sommes considérables.

Or l’usage type des PC mis à la disposition des étudiants est en général assez basique : web, courrier électronique, traitement de texte. A cela, on peut ajouter quelques logiciels spécifiques (pour les math, les stats,...) qui ont été pour la plupart d’entre eux créés dans le monde Unix et pour lesquels il existe donc très probablement des versions Linux. Autrement dit, ce ne serait vraiment pas très compliqué de passer à Linux (ou, au moins à OpenOffice). Mais non, rien ne bouge.

Pourquoi cette situation perdure-t-elle ? Sans même rentrer dans des questions éthiques très profondes [1], rien qu’en examinant l’intérêt matériel immédiat, je ne comprends pas.

Notes

[1Et pourtant, il y aurait matière. Parce que la responsabilités du monde de l’enseignement qui formate gratuitement toute une population à la dépendance vis-à-vis des produits Microsoft, elle est écrasante. Exemple : quand je me loggue sur une des machines qui me sont accessibles à l’UCL, la première chose qui arrive sur mon écran, c’est une invitation à m’ouvrir un compte MSN. Grblmbl.