Les archives des Bulles

Le viaduc de Millau, « chef d’oeuvre du savoir faire français »

lundi 13 décembre 2004, par François Schreuer

En plus de permettre à des webmestres amateurs de se purger de leurs humeurs, les blogs servent de temps en temps à relayer des infos qui mériteraient une plus grande publicité. Le post qui suit rentre dans cette catégorie.

Le président français inaugurera demain ou après-demain le viaduc de Millau (oui, c’est de là que viens José Bové, mais ça n’a rien à voir avec ceci), gigantesque ouvrage d’art, aux proportions invraisemblables, permettant à une autoroute de franchir une vallée dans le sud de la France.

L’info intéressante, c’est que ce viaduc, qui est partout présenté (et les médias français ne s’en privent pas, on le comprends) comme un emblème du savoir-faire français, une réalisation magistrale de la société Eiffage, etc etc, est en fait partiellement l’oeuvre d’un bureau d’étude belge. C’est en effet la société liégeoise Greisch — que les liégeois connaissent bien pour avoir réalisé, entre autres choses, le pont de Wandre et le pont autoroutier de la liaison E40-E25 — qui a mis au point la technique du « lançage » (consistant à pousser au dessus du vide, à l’aide de verrins hydrauliques, le tablier du pont préalablement assemblé sur la terre ferme), soit un des éléments les plus délicats de la construction.

Seulement, par contrat, cette société s’est engagée à ne pas revendiquer son travail et à laisser les entreprises françaises aller se montrer sous les projecteurs. Rien de très grave — l’info reste accessible. Il n’empêche que c’est pas extrêmement élégant de la part des français.