Les archives des Bulles

Fermons les centres fermés

vendredi 27 janvier 2006, par François Schreuer

Dimanche aura lieu à Liège une manifestation contre les centres fermés, ces structures littéralement carcérales dans lesquelles sont emprisonnés les personnes dont le seul crime est de ne pas avoir de papiers et qui attendent, pour la plupart d’entre elles, leur expulsion dans des conditions souvent degradantes.

Cette manifestation est importante à plus d’un titre.

Il y a d’abord que les associations, syndicats et collectifs militants qui appelent à la manifestation sont particulièrement nombreux. Ce n’est certes pas un gage certain de trouver une foule compacte devant les grilles du centre de Vottem, mais c’en est une condition. Et, pour le coup, on sent qu’il y a quelque chose qui bouge. La manifestation de la veille de Noël a réunit le mois dernier un peu plus de monde que d’habitude.

Il y a ensuite que même les partis politiques, d’ordinaires peu enclins à se mobiliser massivement sur la question, semblent pour le moment s’intéresser un petit peu au problème [1], à l’exception notoire du MR [2] qui a bien compris que le silence est la meilleure façon de défendre d’indéfendable.

Il y a enfin et surtout, on se trouve aujourd’hui devant un tournant significatif de la politique belge de criminalisation des mouvements migratoires, dans la mesure où il est désormais question d’incarcérer des familles avec enfants. Oui, la Belgique met déjà des enfants en prison (73 mineurs à l’heure actuelle) et compte dans un très proche avenir généraliser cette politique et mettre par centaines des enfants en prison.

Cette politique scandaleuse — qui n’est pas neuve mais qui empire d’année en année — sert, au mieux, au gouvernement de cache-sexe à son absence de vue totale en matière de politique migratoire — la fermeture des frontières étant une idée non seulement absurde et irréalisable, mais aussi et surtout liberticide, humainement extrêmement dégradante aussi bien pour les bourreaux que pour les victimes, criminogène et économiquement néfaste, bref hautement nuisible — et constitue plus probablement une remise en cause désormais plus qu’entamée de droits humains aussi fondamentaux que le droit d’asile et de traditions aussi fondamentales que l’est celle de l’hospitalité dans toutes les cultures civilisées de cette planète.

Comme tout cela n’a pas pu leur échapper totalement, on se demande donc si les promoteurs de cette idée ignoble — au premier rang dequels le ministre de l’Intérieur Dewael [3] et toute la droite (notamment flamande) derrière lui qui courrent désormais ouvertement derrière le Vlaams Blok/Belang — se rendent bien compte de ce dont il s’agit. Sans doute pas. Mais c’est vrai que le confort de la vie heureuse à l’intérieure de l’Europe forteresse se paie moins cher et suscite probablement de moins douloureux cas de conscience avec une bonne dose d’auto-aveuglement sur les réalités de ce qui se passe hors les murs.

Bref, on pourrait s’étendre des pages et des pages sur la question, mais il vaut mieux donner les infos pratiques. Le rendez-vous est fixé à 14 dans le Parc de la Citadelle à Liège (à un petit quart d’heure à pied de la gare du Palais) et se terminera devant le centre fermé de Vottem. On trouvera l’appel des organisateurs un peu partout sur le web.

Notes

[1Lire les réactions du PS et d’Ecolo sur leurs sites web respectifs.

[2Dont la une du site, qui ne fait nullement allusion à la question, est consacrée au fait que « Didier Reynders propose de revoir le statut fiscal des joueurs de foot et de basketball ». Plus fort encore, une recherche sur la requête "centres fermés" dans le moteur interne du site de ce parti ne donne strictement aucun résultat.

[3Lequel ministre Dewael a d’ailleurs récemment exprimé la volonté de criminaliser l’aide qui serait apportée à des personnes en situation irrégulière. Une pétition a été lancée pour réagir à ces propos innacceptables.