Les archives des Bulles

À Liège, la morgue obscène des promoteurs d’un casino

samedi 17 mars 2007, par François Schreuer

Depuis quelques années, on entend régulièrement parler de divers projets plus ou moins fantasques pour occuper l’ancienne grand-poste liégeoise, délaissée depuis quelques années par le service (de moins en moins) public depuis belle lurette parti trouver pour ses services logistiques de l’herbe plus verte en grande banlieue (tandis que son bureau principal était transféré place du marché). Ce bâtiment a beau être de style néo-gothique, il est classé au patrimoine wallon et puis est aussi fort apprécié des Liégeois, pour autant que je puisse en juger, lesquels y voient sans doute une silhouette familière et rassurante dans le bâti anarchique des bords de Meuse dont la frise saccadée qui se découpe le plus clair du temps sur notre ciel gris et lumineux n’est pas sans avoir causé quelques traumatismes dans le coeur des amoureux de cartes postales [1].

Pour faire bref, rappellons qu’il a été jadis question d’implanter en ces lieux l’office du tourisme unique et grandiose dont le PSC/CDH rêve depuis toujours de doter Liège, par la voix de ses échevins Ancion et Firket, notamment [2], projet qui ne fut pas retenu. Au moment de la vente de l’immeuble au privé, en janvier 2005, c’est un antiquaire qui comptait installer là ses meubles ainsi, annonçait-il, qu’une galerie d’art. Ce projet-là fit lui aussi long feu, avant que n’entre en scène la société Invest & Corporate, dotée visiblement de moyens plus importants, qui annonçait en septembre dernier son intention de construire « un casino de 12 000 m2, un hôtel de 500 chambres, un centre commercial de luxe de 20 000 m2, une salle de 3 000 places, un spa et des parkings » [3], soit très précisément ce dont il est question avec beaucoup plus d’acuité et d’actualité cette semaine depuis que le journal Le Soir a publié une esquisse — on n’ose la qualifier d’architecturale — du machin dont copie est reprise ici (et voici une fois de plus éprouvée l’utilité des petits dessins, qui n’était pourtant déjà plus à démontrer).

Dans l’article paru cette semaine dans le quotidien vespéral [4], Philippe Bodeux donne quelques précisions supplémentaires, annonçant notamment le souhait des promoteurs — les même que ceux qui sont actuellement en train de transformer l’un des plus beaux hôtels de maîtres de Liège, l’hôtel de Sélys-Longchamps, en un hôtel cinq étoiles pour notre honte à tous — de voir la voie rapide longeant la Meuse enterrée entre le Pont Kennedy et le Curtius pour dégager une vaste esplanade piétonne susceptible, on le suppose, de jouer les extensions du nouvel ensemble à créer [5]. Ce genre de personnages n’étant jamais tenus comptables ou responsables des chiffres qu’ils avancent — on leur sait déjà bien trop gré de l’esprit d’entreprise qu’ils daignent déployer dans nos contrées —, ils annoncent en toute innoncence leur intention d’attirer 2,4 millions de visiteurs par an à Liège et surtout — argument ultime pour faire céder toute réticence chez les responsables politiques qui pourraient quelque peu freiner leur marche vers le succès et la gloire — leur conviction sincère et décidée, francs du collier qu’ils sont, de créer 2 000 emplois, rien de moins. Et pas n’importe lesquels : 2 000 emplois directs, s’il-vous-plaît. Voilà, pour notre région qui n’attend que de rebondir, un événement digne de celui que fut l’installation de John Cockerill dans les riantes plaines des bords de Meuse à Seraing [6] voilà plus de deux siècles maintenant. Cent comme eux, et Verhofstadt est sauvé !

D’une part, je le dis malgré tout, je ne crois pas qu’il faille accorder trop d’importance à ce genre de croquis, hâtif, péremptoire, vraiment hideux pour tout dire, trop en fait que pour qu’il puisse s’agir d’autre chose que du copier-coller d’un projet de seconde zone refusé pour la banlieue de Las Vegas. En même temps, la puissance de feu qui semble être celle des hommes et des sociétés qui sont derrière ce projet devrait inciter à la prudence, surtout quand on voit ce chiffre terrible — 2000 emplois — qui ferait vendre père et mère aux hommes politiques comme aux syndicalistes d’ici — peut-on vraiment leur en vouloir ? —, autant dire qu’il y a un risque sérieux que l’on se préoccupe fort peu de questions annexes au moment où il faudra se décider.

Il ne me semble dès lors pas inutile de tenter dès à présent de contribuer rapidement à l’ébauche d’une première trame d’arguments au service de ce qui pourrait assez vite se révéler comme une lutte importante à Liège dans les années à venir, en espérant que tout ceci ne soit qu’un peu trop de prudence. Il me semble, donc, que le débat porte principalement sur trois types d’enjeux.

1. Il y a tout d’abord une question pragmatique qui consiste à savoir si la ville de Liège a véritablement intérêt d’un point de vue socio-économique à voir s’implanter une telle structure sur son territoire. Je dois dire que j’en doute. Certes, l’activité économique que draînerait ce mammouth créerait des emplois, amènerait de nouvelles taxes dans les caissses communales, ce qui n’est pas négligeable. Mais les nuisances générées par la chose seraient elles aussi sérieuses et puis surtout, ce projet a l’air tellement mal ficellé, tellement vite expédié, les linéaments architecturaux proposés en sont tellement hideux, le surplomb de la Meuse tellement évidemment destiné à transformer cette dernière en égoût qu’on peut supposer que tout cela n’a guère d’avenir et sera abandonné une fois qu’il aura vieilli ; la ville de Liège se retrouvera d’ici là dotée d’une horreur en son centre et devra, une fois les promoteurs partis vaquer vers d’autres cieux plus cléments faire fructifier, comme ils disent, leur argent, prendre sur elle l’assainissement de la friche qui demeurera, elle, campée sur les lieux dans un immobilisme géographique qui fait comme chacun sait la perte de tous et de chacun au temps qui est le nôtre où le bougisme est une divinité qui compte. De même, qu’en est-il des coûts immédiatement et directement induits pour les pouvoirs publics par l’implantation hypothétique de ce machin ? Les promoteurs veulent enterrer une voie rapide sur un kilomètre entre le pont Kennedy et le pont Maghin ? On suppose cependant qu’ils n’ont pas l’intention de payer ces travaux et que ce sera la région ou la ville qui pourra les prendre en charge [7]. De manière plus fondamentale, dans un cas comme celui-ci, je crois que la réflexion devrait d’abord porter sur la valeur ajoutée en terme de bien-être collectif ou de de bonheur public, et non se satisfaire des équations pseudo-savantes de la science économique qui prône au nom de postulats non interrogés le productivisme et l’accumulation alors qu’on sait que notre planète est incapable de les supporter et qu’il nous faut en conséquence adopter un style de vie marqué par une certaine sobriété [8], autrement dit apprendre à mieux choisir, collectivement et individuellement, ce à quoi nous consacrons les rares ressources disponibles. Il va sans dire que l’adoption d’une telle approche condamne sans même qu’il soit besoin d’en discuter plus avant le genre de folies malsaines dont nous parlons ici.

2. Il y a ensuite un problème lié à la nature même du projet : est-ce que l’activité qui est celle d’un casino est intrinsèquement acceptable ? Est-ce que plumer de pauvres gars en échange d’un peu de strass et de paillettes est vraiment souhaitable ou ne doit-on pas plutôt y voir une sorte de cancer social, une façon obscène de profiter de la misère des gens qui doit simplement être abolie ? Ceci est particulièrement vrai dans une région touchée comme Liège a pu l’être et l’est toujours par des drames sociaux dont tant la répétition hoquettante que la nature même évoquent les salves meurtrières des P90 qui, eux, continuent à être produits dans les ateliers de la FN Herstal — on a les fleurons qu’on peut.

3. Il y a enfin un enjeu symbolique lié à l’occupation des lieux et à la constitution du décor de vie de chacun d’entre nous. L’espace dans lequel nous évoluons forge nos représentations et détermine nos vies, les symboles que chaque construction humaine véhicule s’imposent à nos yeux avec plus ou moins de crudité. N’est-il pas légitime en retour que nous puissions nous préoccuper de tout cela, déterminer dans une délibération collective ce que nous acceptons et ce que nous n’acceptons pas ? Dans le cas présent, la violence est triple. Ce projet cherche non seulement à s’imposer en plein centre de la ville, au bord du fleuve, là où il déterminera de façon inévitable une part de l’image et donc de l’identité de la ville. Et on me permettra de penser qu’il y a vraiment une très grande misère à vivre dans une ville dont le symbole est un casino. Il y a ensuite que ce projet ne prétend pas seulement s’imposer au centre de la ville, il entend également s’élever dans les airs avec ces deux tours atroces. Voilà que le paysage tout entier en sera affecté — et sur n’importe quelle colline, on dira « papa, c’est quoi les deux tours qui brillent, là ? » [9]. Il y a enfin la nature même des lieux, le fait de l’appropriation par des capitalistes d’un des rares endroits où il serait possible de réaliser une place publique donnant directement sur le fleuve. Cet endroit exceptionnellement situé entre les trois principaux quartiers nocturnes de Liège que sont Outremeuse, le carré et la place du marché pourrait être affecté à d’autres usages, plus communs, plus partagés.

Bref, la question est tout simplement celle de la possibilité de décider collectivement, de sortir du mode de raisonnement libéral qui exclut si vite tout intérêt collectif pour donner le droit à ceux qui ont l’argent. Je crois que l’occasion est belle de montrer que nous sommes nombreux à vouloir que cette possibilité démocratique puisse exister. On voit cependant que cette possibilité de décision collective sur ce genre de question s’oppose frontalement à la propriété privée du grand capital — et surtout comme dans le cas présent à la propriété privée d’un capital volatil, laissé tellement libre qu’il peut à sa guise sa promener et s’imposer. À cela aussi il conviendra d’apporter des réponses.

Update 27/3 : ajout des plans de masse suivants (saisies d’écran sur le site grand-poste.be).

PNG - 328.5 ko
PNG - 310.5 ko
PNG - 297 ko
PNG - 287.4 ko

Ce texte est également publié sur Indymédia Liège.

Notes

[1Lesquelles cartes postales — faut-il le préciser ? — ne sont bien entendu pas sans entretenir des rapports très directs avec le bâtiment d’Edmond Jamar.

[2Cette quête étant en elle-même une saga presque comique dont il vaudrait la peine un jour de racontter l’histoire.

[3Marie Liégeois, « La Grand-Poste rêve de casino et hôtel », in La Libre Belgique, 20/09/2006.

[4Philippe Bodeux, « Le projet de casino à la Grand Poste se poursuit », in Le Soir, jeudi 15 mars 2007.

[5On trouvera une série d’informations complémentaires sur le site http://www.grand-poste.be/ monté (en flash) par les promoteurs.

[6Lesquelles ne le sont plus autant, sans nul doute, mais c’est un point qu’il convient de ne pas discuter, je pense.

[7Cela dit, si la ville avait un peu plus de moyens — mais ce n’est pas le cas — c’est un projet auquel je serait pour ma part plutôt favorable : récupérer un accès piéton à la Meuse en rive gauche est une des meilleures choses qui puisse arriver à Liège. Mais ce genre de projet n’a pas à être amené par un promoteur immobilier : le lieu de ce genre de discussion est l’espace public, le conseil communal, la libre expression de chaque citoyen, pas l’omerta ou le chantage d’un détenteur du capital.

[8Ainsi que bâtir une nouvelle science économique basée sur ces contraintes, ce que l’actuelle est radicalement incapable de penser.

[9Même si, pour les cas de Paris ou de Bruxelles, en raison de leur morphologie, j’ai plutôt tendance à partager les positions respectives très prudentes des responsables de ces deux villes en ce qui concerne l’implantation de tours en milieu urbain, je reconnais sans problème des exemples intéressants comme ceux de la Torre Agbar construite à Barcelone par Jean Nouvel ou, dans une certaine mesure la London Bridge Tower que l’on construit pour le moment sur les plans de Renzo Piano. Je pense même que, sauf dans certains contextes particuliers, les tours, dans la mesure où elles contribuent à densifier l’espace urbain, sont utiles. Leur présence est cependant tellement forte que seuls des projets d’une qualité architecturale très grande et d’une légitimité sociale très forte sont envisageables.

Messages

    • Je vous jure qu’en plus de l’ambiance actuelle de chez Lequet, nous prévoyons d’enfouir tous les véhicules, donc nous ferons un quai et une place de plus de 12.900m² soit beaucoup plus grand que la place Cathédrale.
      Donc en plus il y aura une terrasse chez Lequet, et dans tous les bistrots du quartier et sans voitures et avec accès sur Meuse.
      Je m’en réjouis.
      Je suis déçu par ce blog, l’initiateur est grossier et trop agressif pour moi.

      Bien à vous,
      Pierre Berryer
      Administrateur Délégué
      Grand-Poste s.a.

      Voir en ligne : Si vous en voulez plus

    • Bonsoir,

      Je vous remercie de votre réponse [1]. Même si je crois être très éloigné de votre point de vue et de vos positions politiques comme je l’explique en détail dans mon texte [2], j’apprécie en tout état de cause les gens qui sont capables de discuter.

      Puisque vous êtes là, je me permets de vous poser quelques questions :

      1. Vous annoncez des travaux relativement conséquent, dépassant largement le cadre strict d’intervention des bâtiments que vous souhaitez construire ou rénover, relevant de l’espace public. Je pense en particulier à la mise en souterrain de la voie rapide le long de la Meuse entre le Pont Kennedy et l’esplanade St Leonard. Dans l’absolu, ce pourrait être un projet intéressant, mais je ne vois pas comment les pouvoirs publics liégeois pourraient financer un tel projet, vraiment pas (et puis surtout, je n’aimerais pas que le choix d’allocation des rares moyens budgétaires de la ville soient dictés par des promoteurs immobiliers). Comptez-vous dès lors financer vous-mêmes ces travaux qui seront je suppose très coûteux ?

      2. Pourquoi souhaitez-vous installer un projet aussi imposant dans l’hypercentre de Liège ? Le quartier de la place Cockerill peut certes avoir des aspects glauques, comme vous ne manquez pas, je pense, de le souligner, mais il se situe aussi dans le coeur historique de Liège, très proche de trésors architecturaux qui seront un jour mieux mis en valeur, je n’en doute pas un instant. Comme je l’explique dans mon texte, si le principe même du casino me choque, je serais néanmoins beaucoup moins choqué de voir un tel bâtiment s’installer ailleurs, plus loin, par exemple dans le quartier des Guillemins, là où des tours pourraient s’intégrer urbanistiquement, plutôt que dans l’hypercentre. Vos deux tours, si vous parvenez à les construire [3] vont s’imposer de manière extrêmement agressive dans le paysage, le surplomb de la salle de spectacle abîme le rivage mosan, la réduction de la largeur du fleuve de quelques mètres qu’il me semble déceler dans les esquisses que vous avez publiées [4] est dangereuse pour la navigation déjà particulièrement difficile à cet endroit, la hauteur des tours est trop importante. Je ne suis pas opposé aux tours par principe, mais il ne faut les mettre n’importe où et là, c’est pas adapté et pour tout dire, c’est moche.

      3. Sur un registre que vous considérerez peut-être comme plus idéologique — je vous prie d’avance de m’en excuser — ne trouvez-vous pas qu’il serait des besoins plus urgents que la construction d’un casino, d’un hôtel cinq étoiles et de tout ce fatras dont vous voulez nous affliger ? Bien sûr on peut réfléchir en sacralisant la propriété privée — ce qu’on fait tout le temps, évidemment —, ce qui amènera certains à considérer que la venue à Liège de la manne financière dont vous disposez est une bénédiction pour la ville, qu’il convient par conséquent de vous être reconnaissant de votre projet, etc. Personnellement, je suis plutôt porté à considérer que la propriété privée n’est qu’une des façons de considérer une situation, que cette propriété privée est très relative, que vous ne disposez de tout cet argent que parce que le système juridique — et qu’y a-t-il de plus arbitraire donc relatif qu’un système juridique ? — vous le permet [5]. J’essaie dès lors de réfléchir en fonction des besoins et des contraintes environnementales — qui, contrairement au moyens pour y répondre, sont communs à toute l’humanité. Et j’essaie de me demander ce qu’il serait le plus raisonnable de faire avec les moyens qui sont disponibles, le plus raisonnable pour répondre aux besoins les plus criants, pour garantir à chacun un niveau devie décent, le plus raisonnable aussi pour permettre notre survie à tous (et pas seulement des plus riches d’entre nous) après le choc pétrolier qui s’annonce et devant la catastrophe climatique que le comportement catastrophique d’une petite élite occidentale rend de plus en plus inévitable. Et là, je me dis simplement que ce n’est pas un casino dont nous avons besoin. Je dois dire — parce que moi aussi j’aime bien discuter, même avec des gens aussi éloignés que vous pouvez m’être de moi — que je serais heureux de savoir ce que vous pensez d’un tel raisonnement.

      Quant au fait que je sois trop grossier et agressif, je regrette de vous inspirer ce sentiment parce que ce n’était pas du tout mon objectif (et en me relisant, je ne le trouve pas vraiment justifié, je dois dire). J’aimerais cependant que vous comprenniez que la publication par vous de ces ébauches — avec tout ce que ça implique en terme d’appropriation de l’espace public — peut également être perçue comme une attitude agressive.

      à vous lire,

      François Schreuer, (« l’initiateur » de ce blog)

      [1Enfin, j’espère que c’est bien vous et pas quelqu’un qui usurpe votre identité, vu l’heure tardive et le caractère improbable, somme toute, de voir quelqu’un comme vous intervenir dans un endroit comme celui-ci. Mais quand bien même, peu importe.

      [2Parce que — je vous entends déjà protester — le credo pour la libre entreprise dont votre action publique fait de vous l’incarnation est bien à mes yeux une position politique.

      [3Ce dont je dois bien dire que je doute sérieusement en l’état actuel des choses, malgré les moyens financiers conséquents dont vous semblez disposer.

      [4Et pour laquelle vous allez d’ailleurs avoir les pires difficultés : la législation ne permet pas facilement de construire dans le lit des fleuves, comme l’a notamment montré la saga de la construction — avortée — du parlement wallon sur le site du Grognon à Namur.

      [5Vous savez, ce système juridique qui permet la libre circulation des capitaux et qui a permis que 10 % — dix pourcents — de la richesse produite dans les sociétés occidentales soit transférés des revenus du travail vers les revenus du capital au cours des trente dernières années.

    • Bonsoir monsieur Schreuer,

      Par ou commencer ?
      Un, c’est bien moi, Pierre Berryer, initiateur du projet Grand-Poste, a vous lire il existe un sentiment lointain de persécution qui doit vous avoir rendu si peu a l’écoute, que même vous, doutiez de vos interlocuteurs.
      Ceci étant dis, je ne doute pas de votre pensée a l’égard du capitalisme.
      Mais je pense et là je m’expose, que nous ne devons pas avoir que des choses qui nous opposent.

      Je suis en effet sorti du lit sans un franc et ait la chance pour des raisons psycho généalogique d’avoir dû me battre pour assumer les erreurs familiales de mon ancêtre direct et donc une fois ses dettes renfloués, la méthode était devenue science.
      J’ai pu me retrouver au volant de quelques affaires crées de toutes mains qui m’ont permis d’être là aujourd’hui.
      Fort de cette force, je crois en tout, si c’est étudié, réfléchi et pensé.

      J’ai 43 ans et dans ma dernière carrière entamée depuis prêt de 5 ans j’ai œuvré avec mes idées, et avec mes vues sur les choses que je peux maitriser pour que mes 3 enfants, ma famille et mes congénères puissent vivre mieux :
      - Depuis 5 ans nous avons construit 10 maisons vertes mais viables et vendables, comprenant, panneaux solaires, isolation abondante (<K35), gestion de l’air par double flux avec récupération, citernes d’eau de pluie, chauffage par le sol en basse température, appoint chauffage par chaudière au gaz basse température et a condensation, régulation par domotique, etc. Avant de crier à l’éboulement planétaire, j’agis, je fais ce que toute la Wallonie pourrait faire et que le monde entier devrait faire.

      - Pour l’hôtel de Sélys Longchamps, www.selys.eu nous avons fait des choix écolo-économique, en effet, les calculs énergétiques étaient indécents pour moi, + de 400.000€ d’énergie par an ! Nous réaliserons une boucle primaire à basse température avec un ensemble de pompe à chaleurs. Nous avons réalisé des études par sourcier pour présumer de l’énergie positive à prendre en hiver et de la négative à rendre en été et ce tel que j’ai pu les voir fonctionner en Autriche et aux Pays-Bas. Nous sommes allez, tout en restant un produit de haut confort, jusqu’à récupérer l’eau de pluie pour évacuer les WC de cet hôtel 5 étoiles.

      - Pour 22 appartements a Herve, j’ai poussé le bouchon encore plus loin, le solaire est en appoint chauffage, j’ai quasi dû concevoir moi-même comment on installerait ses système Autrichiens car ici, il n’existe aucune références de ce que j’installe et qui n’est pas encore opérationnel d’ailleurs puisqu’en construction. Mais j’ai confiance, je l’ai étudié, vérifié, vu fonctionner, …

      - Pour la Grand-Poste, on prévoit des turbines génératrices d’électricité sous le nouveau quai, des panneaux photovoltaïques sur les toitures et les flancs des tours, ainsi que des pompes à chaleurs récupérant l’énergie (le froid comme le chaud) du 2ième lit de la Meuse !

      Je pense que je fais partie d’un courant (+ de 10 ans) de cette génération qui avant Algore pensait déjà a son environnement, cette génération d’entrepreneur de l’économie équitable et durable, celle qui croit dans l’économie quaternaire, celle des services de personnes a personne, celle qui créent de la richesse, pas que par le pognions (mais il en faut) mais par le bien être aussi. Cette économie qui s’occuperait de nos seniors, de nos handicapés, de nos jeunes, et qui rendrait du travail valorisant a nos 30% de chômeur Liègeois qui sortiraient d’une précarité morale beaucoup plus grave que la précarité financière, et qui permettrait a ceux qui travail (de trop) de se faire aider pour leur permettre d’accomplir leur job justement rémunéré pour les choses ou ils sont bons voir meilleur que d’autres.

      Tout ceci vous a peut être l’air utopique, mais c’est certain, c’est notre seul issue et c’est faisable. Je ne suis pas politicien. C’est trop tard. Il n’y a aucun programme qui aille aussi loin dans ce sens. Alors moi, je fais ce que je sais faire de mieux : du business clean, qui crée de l’emploi indélocalisables, qui crée de l’image dont on manque tant en Wallonie après 50 ans de ralentissement voir d’extinction de nos industries lourdes.

      J’ai même la prétention de penser qu’avec les magnifiques infrastructures dont nous disposons ici à Liège (merci et chapeau bas à tous ceux qui l’ont fait parfois à contre courant de l’avis du plus grand nombre) :
      - Economique : gare TGV, Trilogiport, aéroport, réseau autoroutier, palais des congrès
      - Culturelle : Opéra, Philarmonique, MAMAC (demain ?!), Grand Curtius, …
      - Educationnel : une université regorgeant de talents

      Nous allons même un jour intéresser des fonds de pensions et des fonds d’investissement de l’économie durable, mais pour ce faire, il faut qu’on puisse les accueillir et donc il faut un parc hôtelier digne de ce nom, pour à nouveau créer des colloques, des congrès et pas des ….je n’en dirai pas plus.

      Sur cette base ma réflexion est restée économique, comment créer un Park hôtelier viable qui n’aye pas manger dans le portefeuille de mes futures collègues, la réponse est simple, il faut créer un produit qui est autoporteur (2.400.000 visiteurs venant de 250 km a la ronde, 2000 emplois direct, 104.000.000€ de taxe RW et Ville), et je n’ai fait que d’essayer, car nous n’y sommes pas encore arrivé, à attirer un projet, qui stagnait a Maastricht (pour des raison de monopole d’exploitation par Holland Casino), vers Liège.

      Je ne mourrai pas avec des poignées en or, en tous les cas, je ne le verrai pas.
      Donc je m’occupe de ne pas laisser mes enfants sans rien, mais leur plus grande richesse est et sera : l’éducation, la santé, le moral et peut être eux « la fierté ».

      Pierre Berryer
      Pour moi-même
      et pour Grand Poste s.a.

      PS :
      Réponses à vos questions :
      1) Les quais à cet endroit sont moins profonds que la Meuse, il faut qu’ils soient refait. Nous avons besoin pour notre parking de 1000 places, de rampes d’une certaine hauteur et longueur puisque nous plongeons à -5 donc une partie conséquente devra être assumée par notre projet. Le futur espace publique devrait aussi rapporter. (Terrasses, patentes, la Batte, le précompte immobilier, etc.)

      2) Laissez moi vous convaincre dans un futur proche par la réflexion que nous avons portée a notre projet quand a l’obligation de s’intégrer comme il faut au tissus urbain la ou on va le réaliser. La vue prise est en effet peu sexy, mais l’emprise au sol est en fait beaucoup plus faible que l’on ne l’imagine et les 12.900m² de place ainsi que la vue sur la Meuse seront vraiment un atout fort a cet endroit.
      3) Voir plus haut (philosophie).

      Voir en ligne : Grand-Poste, en savoir plus (bis)

    • Bonjour,

      Par ou commencer ? Un, c’est bien moi, Pierre Berryer, initiateur du projet Grand-Poste, a vous lire il existe un sentiment lointain de persécution qui doit vous avoir rendu si peu a l’écoute, que même vous, doutiez de vos interlocuteurs.

      Disons que c’est la première fois qu’un promoteur immobilier vient discuter sur mon blog. J’en suis donc un peu (mais heureusement) surpris. J’ajoute qu’éviter l’usurpation d’identité faitr partie de la déontologie élémentaire de tout éditeur.

      Quant à ce « sentiment lointain de persécution », il tient peut-être au fait que c’est bien souvent tout ce qu’il reste quand le lobby des bétonneurs passe quelque part (j’avais par exemple eu l’occasion de m’intéresser au cas du centre commercial de L’Esplanade, à Louvain-la-Neuve), puissance politique de tout premier plan (si vous en doutez, souvenez-vous par exemple que Bouygues est propriétaire de la première chaîne de télévision française). Vous semblez vouloir dialoguer ; c’est à mettre à votre crédit, c’est une bonne chose. Cela dit, vous allez vous épuiser à répondre dans tous les forums partout sur le net et ce sera frustrant pour vos interlocuteurs. Peut-être vaudrait-il la peine d’organiser un débat public sur votre projet, ce serait plus riche et moins froid que via le net.

      Ceci étant dis, je ne doute pas de votre pensée a l’égard du capitalisme. Mais je pense et là je m’expose, que nous ne devons pas avoir que des choses qui nous opposent.

      Non, non, je n’ai pas dit ça non plus. Je pense en effet que le capitalisme, surtout quand il est laissé à lui-même, est un mauvais système, qui non seulement répartit fort mal les richesses (plus exactement les concentre très rapidement dans quelques mains selons le jeu des talents et des hasards de l’existence) mais surtout les utilise mal, comme par exemple dans le cas présent où les centaines de millions que des investisseurs sont prêts à mettre dans ce projet pourraient être utilisés à bien meilleur escient.

      Pour autant, je ne pense pas que tout nous oppose, certainement pas.

      Pour l’hôtel de Sélys Longchamps, www.selys.eu nous avons fait des choix écolo-économique [...] Je pense que je fais partie d’un courant (+ de 10 ans) de cette génération qui avant Algore pensait déjà a son environnement, cette génération d’entrepreneur de l’économie équitable et durable

      D’accord et pas d’accord sur ce point. Certes il est préférable de construire en étant attentif à l’environnement que le contraire (ça finit d’ailleurs par devenir financièrement avantageux), mais cela ne saurait éclipser la question de la pertinence de la construction, celle de ses impacts environnementaux et celle des comportements qu’elle induira. Je n’insiste pas sur le fait qu’un casino est pour moi quelque chose d’inutile et par conséquent de dispendieux ; et je regrette qu’on utilise d’importantes ressources naturelles pour le construire et le faire fonctionner. Mais soit, je suis suffisamment libertaire pour ne pas vouloir imposer cette conception par trop substantielle à tout le monde et laisser à chacun le libre choix de fréquenter un casino s’il en a envie.

      Par contre, d’autres aspects de votre projets me semblent vraiment inacceptables :

      - Construire un parking de mille places de parking en plein centre ville est une incitation forte à l’usage de la voiture, qui est pourtant la principale nuisance environnementale évitable aujourd’hui sur la planète.

      - Ouvrir un nouveau centre commercial me semble très contestable également. Liège croule déjà sous les centres commerciaux à moitié occupés et les petits commerçants ont de plus en plus de mal à survivre. Je trouve pourtant que la qualité de vie est bien meilleure dans une ville où le commerce est géré par des petits commerçants plutôt que par de gros centres commerciaux impersonnels. Mais surtout, ouvrir un nouveau centre commercial, c’est inciter à encore plus de consommation alors que nous consommons déjà beaucoup trop par rapport à ce que les ressources de la planète nous permettent de faire.

      celle qui croit dans l’économie quaternaire, celle des services de personnes a personne, celle qui créent de la richesse, pas que par le pognions (mais il en faut) mais par le bien être aussi. Cette économie qui s’occuperait de nos seniors, de nos handicapés, de nos jeunes, et qui rendrait du travail valorisant a nos 30% de chômeur Liègeois qui sortiraient d’une précarité morale beaucoup plus grave que la précarité financière, et qui permettrait a ceux qui travail (de trop) de se faire aider pour leur permettre d’accomplir leur job justement rémunéré pour les choses ou ils sont bons voir meilleur que d’autres.

      En lisant ceci, j’ai au premier abord l’impression d’être d’accord avec vous, mais ce dont vous parlez ici ne correspond pas du tout à votre projet de casino, financé par des fonds de pension américains cherchant une rentabilité à deux chiffres, générant comme c’est systématiquement le cas dans ce genre de structures des emplois de très médiocre qualité (précarité, stress, flexibilité, valorisation quasi nulle du travail, etc).

      J’ai le sentiment que les services aux personnes, si l’on veut qu’ils soient incluants et non exluants, doivent absolument être accessibles à tous et que pour ce faire, il n’y a que les pouvoirs publics et le secteur de l’économie sociale qui puissent apporter des réponses crédibles. L’entreprise privée n’aura jamais le moindre intérêt à se préoccuper des personnes les plus faibles, et c’est ce qui la disqualifie à mes yeux.

      Je ne pense pas pour autant que le marasme dans lequel nous nous trouvons soit inéluctable, loin de là. Mais quand le système économique dominant concentre la richesse comme il le fait et rend cette richesse inutilisable autrement qu’aux conditions d’un capitalisme financier sans tête, c’est là qu’il faut commencer à chercher la réponse au problème, qui ne serait pas si lointaine si l’UE voulait se donner les moyens de taxer les revenus du capital à un niveau décent, entre autres choses.

      Accessoirement, virer l’oligarchie incompétente et corrompue qui nous dirige ne pourrait assurément que nous faire du bien.

      Je ne mourrai pas avec des poignées en or, en tous les cas, je ne le verrai pas. Donc je m’occupe de ne pas laisser mes enfants sans rien, mais leur plus grande richesse est et sera : l’éducation, la santé, le moral et peut être eux « la fierté ».

      Passons sur la fierté. Concernant l’éducation ou la santé, je vous trouve bien optimiste. Faute d’investissement et de considération, la qualité des services d’enseignement et de santé dont dispose le citoyen belge est en régression. Et, à moins d’être particulièrement fortuné, l’avenir ne s’annonce pas particulièrement brillant vu le peu de considération dont jouissent actuellement les services publics parmi les oligarques qui nous dirigent, particulièrement au niveau européen.

      PS : Réponses à vos questions : 1) Les quais à cet endroit sont moins profonds que la Meuse, il faut qu’ils soient refait. Nous avons besoin pour notre parking de 1000 places, de rampes d’une certaine hauteur et longueur puisque nous plongeons à -5 donc une partie conséquente devra être assumée par notre projet. Le futur espace publique devrait aussi rapporter. (Terrasses, patentes, la Batte, le précompte immobilier, etc.)

      Excusez-moi, mais je ne suis pas certain de bien comprendre ce que vous voulez dire. Vous prévoyez d’une part d’assumer « une partie conséquente » (des coûts, je suppose) tout en justifiant un invetissement des pouvoirs publics dans ces travaux. Pouvez-vous donner une estimation de ces deux montants ?

      Par ailleurs, pouvez-vous me confirmer que vous avez l’intention d’empiéter sur le lit de la Meuse, comme il me semble que vos plans le prévoient ?

      2) Laissez moi vous convaincre dans un futur proche par la réflexion que nous avons portée a notre projet quand a l’obligation de s’intégrer comme il faut au tissus urbain la ou on va le réaliser. La vue prise est en effet peu sexy, mais l’emprise au sol est en fait beaucoup plus faible que l’on ne l’imagine et les 12.900m² de place ainsi que la vue sur la Meuse seront vraiment un atout fort a cet endroit. 3) Voir plus haut (philosophie).

      Soit, l’esquisse publiée ici peut n’être considérée que comme une estimation des volumes et non comme une prédiction de l’esthétique générale — j’en profite d’ailleurs pour publier dans le billet les quatre plans de masse que vous proposez sur votre site, ce qui devrait permettre à chacun de mieux juger de l’emprise de votre projet. J’espère que cela ne vous pose pas de problème que je reprenne ici une copie de ces plans. Et on peut penser/espérer que vos architectes seront capables de faire mieux que cette horreur. N’empêche, l’esthétique n’est pas tout et je persiste à penser que les volumes envisagés ne sont pas appropriés à cette partie de la ville. Pourquoi ne pas chercher du côté du boulevard de l’automobile, par exemple, au bord de la dérivation, à proximité de la future « médiacité » ? Vous y trouveriez probablement du terrain moins cher que ce que (je suppose et j’espère) la ville vous vendra le cas échéant la place Cockerill. Vous auriez la gare des Guillemins à proximité, de même que le très agréable parc de la Boverie. Vous bâtiriez dans une zone où une tour serait beaucoup moins problématique et, de cette tour, il y aurait une jolie vue sur le Pont de Fragnée et le confluent de l’Ourthe et de la Meuse.

      FS

      PS : Soit dit en passant, j’ai pris le temps de lire plus en détail votre site grand-poste.be (malgré le fait qu’il soit publié en flash et ne soit par conséquent pas lisible sur mon ordinateur Linux sur PowerPC). Je me permets de vous signaler que certains chiffres que vous donnez, notamment au niveau des temps de parcours TGV entre Liège et d’autres villes, sont parfois exagérément optimistes, pour ne pas dire fantaisistes et que, en outre, vous donnez parfois deux chiffres différents pour une même destination.

    • Vous avez donc décidé d’endosser à votre compte ce bien triste manteau de la critique de toutes les initiatives qui permettraient de redresser l’économie de notre ville...J’aimerais vous faire rencontrer au Forem, quelques diplômés en tourisme, quelque diplômé du secondaire supérieur ou inférieur, afin de vous voir leur expliquer votre croisade d’opposition à ce projet...

      Vous n’oublierez pas de leur expliquer que, bien sûr ce serait tellement mieux que la ville finance un office de tourisme (une dizaine d’emplois au mieux) et utilisent les maigres fonds publics disponibles pour se livrer à un relifting de la Grand-Poste !!! Car tout vaudrait mieux, bien sûr, que d’accepter le sale argent de ces investisseurs sans scrupules.... Quelle désolation et quelle tristesse !!! Combien d’années devront-ils attendre avant de pouvoir espérer un travail digne de ce nom, et je pense avant tout à ceux qui n’ont pas de relations politiques suffisantes pour être pistonnés à la ville ou dans son tissus associatif !!!

      Quant au point de vue urbanistique, désolé mais je crois que nous n’habitons pas la même ville...La Grand-Poste actuellement, c’est un parking lugubre où se déroulent les plus sordides trafics. Vous savez le pâté de maison dont certains font le tour à du deux à l’heure cherchant à satisfaire leurs besoins les plus inavouables au plus bas prix en profitant de la détresse humaine, la plus sordide.

      D’un point de vue urbanistique, je suis désolé mais la Grand-Poste doitêtre distante d’environs 250 mètres de la Tour Kennedy, véritable coup de poing dans l’oeil de tout amateur d’architecture...tandis que les remparts de Notger et les vestiges des anciens bras de meuse me semblent enfouis à jamais aux oubliettes de la mémoire architecturales de la ville, proposeriez vous de les restaurer, n’oubliez pas non plus de me parler du financement de l’opération. ;-)

      Je vous rejoins sur un point, si le projet, c’est de faire des tours, il faut que ces batîments soient de qualité...vous semblez affectionner les grandes signatures architecturales...elles ont, c’est vrai le mérite de rassurer...et pourquoi pas !?! Quel architecte, même de renom, refuserait de s’intéresser à un projet aussi richement doté !!!

      Enfin, j’ai pu lire sur votre forum, que vous vous inquiétez du phénomène d’assuétude au jeu, je partage cette préoccupation...Heureusement, j’ai la chance de connaître Las Vegas d’où le groupe Harrah’s est issus...La politique de ce groupe, n’est pas de soutirer les revenus des populations précarisées. Les multiples lunaparks, loteries, centre de paris et autres Bingos s’en chargent très bien aujourd’hui en toute impunité !!! Bien au contraire, il s’agirait plutôt d’attirer à Liège les populations les plus fortunées de l’Eurégio en leur offrant des séjours 5 étoiles. Une partie des revenus générés par cette activité (le secteur des jeux de hasard est sans doute le secteur d’activité économique, le plus taxé en général !!!) Cela générait donc des recettes supplémentaires pour la ville d’environs 500 €/habitant/an...de quoi financer pas mal d’activités sociales et culturelles, croyez le !!! Et pourquoi pas des programmes de prévention des assuétudes !!!

      Quant aux riverains, je vous invite à visiter ensemble le quartier, je peux vous assurer que la plupart des dessus de commerce (parfois rehaussé de néons fluorescents) du coin sont aujourd’hui totalement déserté...ils ne sont plus nombreux !!!

      N’avez-vous pas formé un jugement hâtif sur base de quelques avant-projets ou quelques articles de presse ??? Merci de faire l’effort de reconsidérer votre position, sur base de cet éclairage...

      Voir en ligne : aussi publié sur ce blog

    • Décidément, Monsieur Schreuer, vous avez des invités de marque.

      "...Heureusement, j’ai la chance de connaître Las Vegas d’où le groupe Harrah’s est issus.."

      Faites donc connaissance avec Mr Hermann :

      Voir en ligne : 3 vidéos pour mieux connaître Mr. Hermann

    • Il avait les larmes aux yeux face au discours de D. Reynders.

      Il mouille son slip quand on parle de millions d’euros.

      Pffffff juste un éjaculateur précoce.

    • oublié de signer ... je suis tonton, un contributeur occasionnel de liège.indymedia où Berryer n’ose plus poster.

      Tu veux un coup de main Mr. Schreuer ?

      Voir en ligne : pour le congrès MR voir ici

    • Désolé, je ne poste plus vu la grossièreté que vous mettez a échanger, vous n’êtes pas démocrate. Donnez un coup de main à Mr Schreuder, mais pas dans le bas du pantalon, cela ne vous grandit pas.
      Si vous vous présentiez ainsi que votre cursus plutôt que de faire le gaucho réac ?

      Merci pour vos réponses Monsieur Schreuder.

      Bien à vous,
      Pierre Berryer
      www.grand-poste.be

      Voir en ligne : Grand-Poste, en savoir plus (tris)

    • Je suis le fou du roi, Mr. Berryer, un métier devenu très ingrat depuis que les rois sont remplacés par des investisseurs (multi)millardaires qui se prennent en toute bonne foi pour les sauveurs du monde. D’où leur manque total d’autodérision. Comme de plus ma préférence va aux vrais projets de société (humains et solidaires) et que le libéralisme considère aujourd’hui qu’il lui faut obtenir par tous les moyens notre consentement tacite pour des projets qui ne concernent qu’eux-mêmes, de façon à pouvoir conserver le masque démocrate, en ce sens je dois être effectivement antidémocrate et réactionnaire selon vos critères.

      Mon cursus ne vous intéressera pas ; je doute de pouvoir travailler un jour dans votre casino, de pouvoir amuser votre future clientèle.

      Mon anonymat se justifie par mes activités et la pratique du net ; le net que vous avez décidé d’assaillir tous azimuts avec votre carte de visite rutilante à la conquête d’une certaine légitimité.

      A quand une conférence débat ? Je me réjouis de vous préparer une succulente tarte à la chantilly.
      Bonne continuation, Mr. Berryer.

    • La prochaine fois, présentez vous donc que nous fassions connaissance... ;)

      Mes performances sexuelles ne regardent que moi et évidemment celles qui ont la chance d’en profiter...Jusqu’à présent je n’ai pas trop de réclamations ;)

      On peut ne pas partager certaines opinions politique, en vrai DEMOCRATE, j’ai des AMIS dans tous les partis, ils sont évidement largement moins bas du front que vous et ils argumentent eux !!! Mais je doute que vous compreniez le sens réel du mot...

      Vous êtes un fou du roi et vous faites bien...à ce niveau, il vaut mieux ça que faire la manche...

      PS : Merci de diffuser mes vidéos le plus largement possible !!!

      Voir en ligne : Mon blog

    • Vos performances sexuelles je m’en fous ! On parle ici de politique, de biens communs... Si je vous qualifiais d’éjacualateur précoce c’est pour votre propension à entrer en transe quand il est question de millions ou millards de dollards. Comme si les dollards pouvaient résoudre nos VRAIS problèmes...
      Vous avez des amis de tous les partis politiques ? Grand bien vous fasse ! Au congrès du MR vous aviez les larmes aux yeux, moi aussi, mais sûrement pour des raisons opposées. J’étais à à 2 mètres de vous !

      Quel intérêt avez-vous à vous à présenter en réel ? Et quel intérêt aurais-je à me présenter ? C’est vous qui cherchez une légitimité ! Je ne suis ni un politique ni un investisseur en recherche d’appui.Je ne suis qu’un citoyen liégeois avec la morgue traditionelle des liégeois, celle de Tchanchès : vous ne l’aimez pas ?

      Pour ce qui concerne less vidéos du MR et celles du PS : je n’en ai rien à cirer.D’ailleurs vous êtes vous aussi une cible à l’entartrage. Prenez donc une cravatte de rechange, beau petit ange libéral !

    • Je vous le promets
      Mieux que mon curriculum
      Mieux que mon insigifiant parcours
      Plus qu’une tarte à la crême.

      FAITES DONC UN DEBAT PUBLIC ! Je promets de n’intervenir qu’en dernier recours.

      Les démocrates vous attendent.

    • LES DEMOCRATES, c’est trop vite dit .... même les néo-libéraux, les néo-cons, les branleurs sur millards de dollards seraient inclus...

      nonnnnnnnnnnnn je vous parle de bon peuple de liège, (des putes d’un côté), des évêques (de l’autre), du tout venant, des usagers de la passrelle, du liégeois qui passe les rives, de celui qui fait la manche pour un airde musique, de celui qui le rétribue de quelques cents.......

      Nos putes on les aime bien ! Et rien à foutre de vos maquereaux trop gourmands. Rien à foutre de vos dealers de luxe. Rien ne changera sauf que vous ferez votre merde entre vous, entre gens bien.

      La façade, Berryer et Hermann, et surtout le fric !!!!!!!!!!! Tchantchès est vivant et se chargera de vous le répéter.

    • Vous me semblez juste demago et pas du tout constructif.
      Pas de dialogue possible avec une personne de votre genre qui s’amuse juste à étaler son fiel et son aigritude sans aucun autre but que de faire du vent...

      Bref, le débat semble ne pas voler bien haut et c’est largement votre faute monsieur "Tonton".

      Clovancis

    • Parce que Berryer n’est pas venu ici pour dialoguer mais pour VENDRE SON PROJET. A la source son projet est scandaleux, dépourvu de respect pour l’histoire sociale, économique, démographique, architecturale, pour l’éthique, pour le bien-être des liégois (malgré le miroir aux allouettes des emplois créés)... Il n’y avait même rien à amender. D’ailleurs il n’a jamais daigné répondre sur les questions très précises qui lui ont été posées.

      Moi démago ? lolllllllllllll c’est Berryer avec sa politesse et sa pseudo-ouverture qui est démago ! Un démagogue ne parle pas comme moi : il parle plutôt comme Reynders ou Michel ! Quand je prends ce language de la rue liégeoise c’est simplement par esprit frondeur natif, le language de tchantchès que d’ailleurs je retrouve bien plus dans la jeunesse immigrée que dans celle des bourges natifs d’ici.

      Et je suis heureux d’avoir donné ce signal aux libéraux ( paléo- ou néo-) qu’ils n’utiliserons pas à leur profit le principe de la libre publication sauf sur leurs propres sites, si ça les chante.

    • Ce que vous ne semblez pas comprendre, c’est que vous ne représentez que vous même sur ce forum...et certainement pas les malheureux, qui arpentent le FOREM à la recherche d’un emploi !!!

      2-3000 emplois non-qualifiés, ce n’est pas rien et je suis tout à fait convaincu que ceux-ci ne seraient pas dédaignés au vu de la situation économique du bassin liégeois !!!

      Mais cela ne semble pas vous intéresser, DOMMAGE mais pourquoi vouloir en dégouter les autres ??? Il semblerait que votre préférence serait de ne pas perdre vos compagnons d’infortune, n’est-ce pas le signe d’un très grand égoïsme ??? Il ne faudrait surtout pas qu’il aillent grossir les rangs de vos ennemis, les gens qui essayent simplement de se construire une vie plutôt que de râler sur leur sort...

      Toute entreprise économique comporte des nuisances, à Liège nous avons bien connu celles de l’industrie lourde : fumée, pollution, travail dur et pénible...ce projet propose est une tentative d’ancrer Liège dans la société post-industrielle, du loisir, des services à la personne.

      Bien sûr, la clientèle visée ce ne sont pas les déshérités, ce sont les riches...néanmoins, il est évident et c’est ce que j’essayais d’illustrer plus haut, c’est que l’objectif dépasse largement cette population puisque les taxes générées permettraient certainement d’améliorer les services sociaux, les entreprises d’économie sociale de même que les réseaux associatifs et culturels, dont tout le monde regrette le manque de budget. Parvenir à pérenniser celui-ci sans activité économique privée, est impossible. Voilà les données de l’équation et tous les responsables politiques, dignes de ce nom devraient en tenir compte !!! Que l’on soit de droite ou de gauche, que l’on accorde plus ou moins d’importance à la redistribution des fruits de l’activité économique importe peu dans ce cas, ce qui importe en l’espèce, c’est qu’il y ait quelque chose à redistribuer. A Liège et suite à la glorieuse prospérité économique que nous avons connu, nous avons trop longtemps oublié cela. Par contre les sources de cette prospérité économique se sont taries brutalement, suite aux difficultés de nos grands ensemble miniers et industriels.

      Voilà très schématiquement et le plus simplement possible, l’exposé de la situation. Le revenu moyen des personnes travaillant dans l’industrie du loisir, sont de l’ordre de 30 000 €/par personne et par an...ce sont de bons emplois pérennes et par nature pas délocalisables. De quoi également réinjecter du pouvoir d’achat dans les activités commerciales liégeoises, etc...Tout le monde en profiterait !!!

      Je peux comprendre qu’il faille également se préoccuper des aspects négatifs de cette activité : l’impact urbanistique (je suggère que les meilleurs spécialistes de ces questions, s’intéressent à cette problématique), les assuétudes au jeu (même si je crois que les populations, qui risquent le plus d’en souffrir, les joueurs pathologiques ont bien d’autres lieux et occasions de s’adonner à leur passion que dans un casino de luxe).

      Dans tous les cas, je suis prêt à discuter de l’ensemble de la problématique mais il me semble que nous devons aux 30 % de la population liégeoise, actuellement au chômage, d’entamer cette discussion sereinement et le plus objectivement possible. Nous le devons à d’autres personnes qui ont actuellement les larmes aux yeux (sic), celles qui ressortent du Forem sans emploi et sans avenir !!!

      @+

      Voir en ligne : Mon blog

    • Vous reprochez aux "libéraux" de coloniser vos espaces de discussion "privés" (est-ce cela votre philosophie de la démocratie et des forums) mais je vous signale que vous faites des copier/coller des articles de mon blog, vous diffusez mes vidéos, et puis vous vous étonnez que j’y réagisse, n’est-ce pas un peu beaucoup incohérent ???

      @+

      Voir en ligne : Mon blog

    • Bonjour,

      Vous avez donc décidé d’endosser à votre compte ce bien triste manteau de la critique de toutes les initiatives qui permettraient de redresser l’économie de notre ville...

      Que voulez-vous dire ? Que certaines choses ne doivent pas être critiquées ? Que certaines choses — dès lors qu’elles « permettraient de redresser l’économie de notre ville » — disposent d’une immunité les mettant à l’abri de toute opinion qui ne soit pas laudative ? Personnellement — je regrette de devoir énoncer un pareille banalité — je suis convaincu que chaque chose qui influence la vie des gens et de la cité doit faire l’objet d’un jugement critique. J’y vois une condition à l’harmonie sociale mais aussi l’intérêt de ceux qui entreprennent de grands projets — et trouveront là de quoi les améliorer — comme celui de la cité qui ne peut se permettre de ne pas viser le meilleur quand on voit comme le médiocre dégénère à grande vitesse à l’échelle du temps qui est celui d’une ville [1].

      Je suppose donc que vous avez du mal vous exprimer. Vous vouliez dire quelque chose comme « opposition bornée ».

      J’aimerais vous faire rencontrer au Forem, quelques diplômés en tourisme, quelque diplômé du secondaire supérieur ou inférieur, afin de vous voir leur expliquer votre croisade d’opposition à ce projet...

      Avec grand plaisir. Je leur expliquerai d’abord que l’optimisme béat est dangereux et que dans une négociation on ne lâche jamais tout dès l’entame. Je leur dirai aussi en quoi le projet de société que je défends leur donne une place bien meilleure que ce que vous leur proposez. Le chômage de masse et la précarité sont, selon mon point de vue, la création délibérée des tartuffes qui se présentent et sont connus sous le nom de « libéraux » [2], création destinée à faire accepter n’importe quel job pourri aux personnes mises en difficulté. Réduisez le temps de travail à 20 ou 25 heures par semaine et vous aurez réglé une bonne partie du problème du chômage [3].

      Je leur expliquerai aussi en quoi certains axes du développement de notre région hypothèquent gravement notre avenir, par exemple le développement aberrant du réseau autoroutier alors que cet argent (public) pourrait être investi dans un réseau de transports en commun digne de ce nom qui nous serait fort utile quand l’énergie viendra à manquer. Par exemple aussi un certain aéroport de Bierset qui sera à l’abandon dans 20 ans au grand plus tard, frappé d’inutilité qu’il sera par l’augmentation vertigineuse du prix du pétrole qui nous attend (et qui provoquera un nouveau drame social). Etc

      Vous n’oublierez pas de leur expliquer que, bien sûr ce serait tellement mieux que la ville finance un office de tourisme (une dizaine d’emplois au mieux) et utilisent les maigres fonds publics disponibles pour se livrer à un relifting de la Grand-Poste !!! Car tout vaudrait mieux, bien sûr, que d’accepter le sale argent de ces investisseurs sans scrupules....

      Vous me faites dire ce que je ne dis pas et surtout vous posez la discussion sur une base binaire des plus appauvrissante. Dès lors je reformule synthétiquement mon propos :

      1. Ce que j’ai fait dans ce texte, c’est montrer en quoi ce projet de casino est a) mal adapté d’un point de vue urbanistique aux lieux dans lesquels il prétend s’implanter (et là, je n’en démordrai pas) et b) significatif d’une société qui utilise mal ses richesses, répartit mal le pouvoir (et là, je reconnais bien volontiers que cette critique s’inscrit dans un horizon de long terme). J’ai, sur ce point, tenté de montrer qu’il n’y avait pas de fatalité, qu’il est possible de penser une autre forme d’organisation sociale et économique qui soit plus juste, plus compatible avec le problème environnemental et qu’il est aussi important de parvenir à poser des problèmes d’aujourd’hui avec ce point de vue de demain.

      2. Pour autant, je ne suis pas aveugle à la situation dans laquelle Liège se trouve et par conséquent, même si je trouve ce projet très peu souhaitable, je ne lui ferme pas totalement la porte comme vous avez sans doute pu le lire dans la discussion que j’ai eue avec le promoteur, où je lui suggérais notamment d’envisager d’installer son tripot géant dans un endroit plus éloigné du centre historique.

      Chacun son rôle et le mien, dans la situation qui est la mienne, n’est pas de gérer cette ville. Il me semble par contre que je peux être utile en plaidant, avec d’autres, pour qu’on évite de faire les erreurs d’antan, qu’on évite de s’entousiathmer pour des projets sans lendemain, de piètre qualité, pour qu’on soit exigeant vis-à-vis des gens qui veulent bâtir à Liège, qu’on évite de transformer cette ville en poubelle (et ici, c’est clairement le risque) parce que cette façon de faire hypothèque l’avenir de la ville plus qu’autre chose. Pour que ce discernement soit possible, je crois qu’il faut faire vivre un pôle de critique radicale — ce à quoi je m’efforce de contribuer avec autant de rigueur et d’honnêteté que possible — auquel doivent se confronter ceux qui veulent aller trop vite, ceux qui ont oublié que notre système économique n’est pas une constante naturelle.

      D’un point de vue urbanistique, je suis désolé mais la Grand-Poste doit être distante d’environs 250 mètres de la Tour Kennedy, véritable coup de poing dans l’oeil de tout amateur d’architecture...

      Oui. Est-ce une raison pour reproduire les mêmes erreurs ? Voire pour faire pire encore (plus haut, plus grand, plus tape-à-l-oeil, plus proche du centre historique,...) ?

      tandis que les remparts de Notger et les vestiges des anciens bras de meuse me semblent enfouis à jamais aux oubliettes de la mémoire architecturales de la ville

      Je faisais référence à ces remparts que pour permettre de situer la zone géographique que je proposais de définir comme devant être protégée de l’appétit des bétonneurs. Et cette zone est loin de couvrir tout le centre actuel, ce qui laisse potentiellement un vaste terrain de jeu aux entrepreneurs soucieux de relever la Wallonie (à moins que ce ne soit de gagner de l’argent, je ne sais plus).

      J’ajoute pour ceux que la valeur historique des lieux ne convaincrait pas que le potentiel du tourisme à Liège étant de toute évidence largement moins exploité que ce qu’il pourrait l’être, conserver le coeur historique autant qu’il est possible constitue à n’en pas douter un investissement solide pour l’avenir.

      Je vous rejoins sur un point, si le projet, c’est de faire des tours, il faut que ces batîments soient de qualité...vous semblez affectionner les grandes signatures architecturales...elles ont, c’est vrai le mérite de rassurer...et pourquoi pas !?! Quel architecte, même de renom, refuserait de s’intéresser à un projet aussi richement doté !!!

      J’accorde beaucoup d’importance à la qualité du geste architectural — qui détermine énormément la qualité du vivre-ensemble —, pas nécessairement aux « grands noms ». Mais il se fait que l’on confie rarement la construction de grattes-ciel en pleine ville à de jeunes architectes talentueux, de sorte qu’il n’est la plupart du temps possible de citer comme exemple de bâtisseurs de gratte-ciel que des gros bureaux d’architecture et des noms connus (et en l’occurence, Jean Nouvel et Renzo Piano ont effectivement bâti des tours remarquables). Mon propos à ce sujet consistait surtout à dire que je ne m’oppose pas a priori à la construction de tours en milieu urbain (je trouve au contraire qu’elles sont souhaitables à certaines conditions), rien de plus.

      Enfin, j’ai pu lire sur votre forum, que vous vous inquiétez du phénomène d’assuétude au jeu, je partage cette préoccupation...Heureusement, j’ai la chance de connaître Las Vegas d’où le groupe Harrah’s est issus... La politique de ce groupe, n’est pas de soutirer les revenus des populations précarisées. Les multiples lunaparks, loteries, centre de paris et autres Bingos s’en chargent très bien aujourd’hui en toute impunité !!! Bien au contraire, il s’agirait plutôt d’attirer à Liège les populations les plus fortunées de l’Eurégio en leur offrant des séjours 5 étoiles.

      Quel bel idéal ! Me trouverez-vous discourtois si je vous faisais remarquer que vous vilipendiez plus haut la prostitution, alors que vous la plaidez somme toute ici sous des formes plus chic ?

      Quant aux riverains, je vous invite à visiter ensemble le quartier, je peux vous assurer que la plupart des dessus de commerce (parfois rehaussé de néons fluorescents) du coin sont aujourd’hui totalement déserté...ils ne sont plus nombreux !!!

      Vu la taille des édifices envisagés, je crains qu’il faille envisager la notion de riverain avec un tout petit plus d’envergure. Mais je reconnais que ce point n’est pas le plus critique et que si le seul problème qui se posait à la réalisation d’un projet vital pour Liège, il serait probablement possible d’indemniser ceux-ci justement.

      N’avez-vous pas formé un jugement hâtif sur base de quelques avant-projets ou quelques articles de presse ??? Merci de faire l’effort de reconsidérer votre position, sur base de cet éclairage...

      Non, je ne pense pas que je vais significativement revoir mon jugement. Je vous remercie cependant d’avoir pris le temps de contribuer à ce forum.

      [1Quant à savoir si la critique est triste, j’hésite à me prononcer. Il est vrai que beaucoup de critiques ont fait les frais, parfois très douloureusement, de l’acrimonie de leurs contemporains, ceux-ci étant la plupart du temps incapables de voir dans l’indépendance de jugement autre chose qu’une sorte de haine non seulement purement vélléitaire mais en plus aléatoire et en cela totalement irréductible à l’esprit de parti (lequel est pourtant un authentique vivier de haine, mais socialement bien acceptée ; allez comprendre), ce qui est véritablement insupportable. C’en est presque systématiquement trop pour les bourgeois qui usent par conséquent régulièrement du bûcher et de ses divers succédanés matériels puis symboliques dont la violence a sans doute quelque chose à voir avec le degré de civilisation qu’atteignent les moeurs de telle ou telle époque. Mais d’autre part, la critique est un exercice jouissif, je trouve, et j’envie ceux qui parviennent à le pratiquer avec toute la rigueur requise, rigueur qui commence bien évidemment par soi-même, ce qui est le plus difficile et ce en quoi j’ai bien conscience d’être encore fort loin de cet idéal. Et puis, selon la leçon de Spinoza — qui fut toute sa vie durant un exemple majeur de critique malmené par les siens —, je crois que je pencherai définitivement pour la critique joyeuse pour la raison que la tristesse est la condition d’exercice du pouvoir des tyrans, ce dont Deleuze a longuement parlé (par exemple ici).

      [2Mais ne défendent bien sûr que leur liberté propre, tout en méprisant la liberté effective de leurs contemporains.

      [3Bien sûr, il faudra régler bon nombre de problèmes annexes, dont beaucoup seront la conséquence de la situation aberrante qui prévaut actuellement, par exemple former les gens aux professions que différentes formes plus ou moins tacites de numerus clausus ont injustement contingentées. Il faudra aussi assumer les conséquences macroéconomiques de ce geste, ce qui me semble possible, mais je ne vais pas rentrer dans cette discussion ici.

    • Malgré votre verve, votre discours tantôt ordurier et dénué de tout respect pour vos interlocuteurs tantôt gauchiste de seconde zone, font de vous la honte de ce site. Vos frustrations et vexations du passé resurgissent face à celles et ceux qui osent proposer de nouveaux défis pour notre ville de Liège. Vous détruisez avec minutie, vous invectivez avec défiance, vous injuriez avec une délectation malsaine. C’est tellement toujours plus facile, terré derrière son clavier. C’est bien d’avoir le courage de ses opinions et de défendre celles-ci. Faut-il encore qu’elles aient un sens et qu’elles respectent les divergences. Vous êtes tellement paradoxal dans vos propos et votre "combat". Vous semblez refuser toute forme de discrimination alors que vous en abusez vous même à chacune de vos interventions. Ce forum dont le nom à lui seul évoque déjà intolérance et agressivité s’est malheureusement doté d’un intervenant de la pire espèce en la personne de tonton...

    • me ravit d’autant que je suis licencié en Philosophie. ;-) Vous vous intéressez aux affaires de la cité, un autre point commun et je ne peux que louer cet intérêt...

      Tout d’abord, je crois que Monsieur Berryer a commis une erreur en présentant un projet architectural, qui focalise l’attention et les oppositions alors que le principal obstacle à son projet est d’abord politique...A mon sens, il faudrait surtout préalablement réunir un consensus de l’ensemble des forces politiques (communales mais aussi régionales et bien sûr fédérales, puisque la compétence en matière de jeu de hasard est à ce niveau) sur l’opportunité de reconvertir le bassin liégeois en un lieu de tourisme, dans lequel ce projet de Super Casino aurait toute sa place et toute son importance. L’idéal eut été que celui-ci se forme dans le secret des cabinets et pas sur la place publique comme aujourd’hui. Je ne serai pas étonné que certains avis d’urbanistes voir le blog de La Meuse, soient, par exemple marqués par la rancoeur de ne pas avoir été retenu sur un tel projet...On est à Liège !!!

      Ensuite, même si je ne suis pas hyper compétent dans le domaine, je ne trouve pas son projet actuel d’implantation à la Grand-Poste, super attractif...Le geste architectural ne me semble pas abouti et vous avez peut-être raison, la salle de spectacle surplombant la Meuse, me semble pour tout dire d’une conception dépassée...on a déjà vu cela ailleurs et ce n’est pas très réussi...C’est mon avis et c’est mon goût, il n’engage que moi !!!

      Ceci étant dit, je crois que l’acte de vente de la Grand-Poste est conditionné à l’obtention d’un permis d’urbanisme...ce qui permettrait sans doute de relocaliser ce projet ailleurs (pourquoi pas sur l’esplanade en face des Guillemins) ou sous une autre forme sans dommage financier pour ce promoteur, qui malgré les critiques que j’ai pu entendre sur ce forum et ailleurs, a pris un risque COLOSSAL (3,25 millions d’€) sur ses fonds propres pour monter ce projet. Je suis assez admiratif du geste, n’en déplaise à certains (voir plus bas et plus à gauche).

      De l’opportunité politique d’implanter un super casino dans la région liégeoise à présent, l’entreprise sera difficile parce qu’elle nécessite l’obtention d’une licence supplémentaire pour Liège ou l’acceptation qu’un rachat de licence d’un autre Casino actuellement en activité, permette d’exploiter celle-ci sur le territoire de Liège. Ensuite, le modèle économique des super casino Harrah’s nécessite également une réforme de la législation relative aux conditions d’exploitation d’un casino en Belgique, il est nécessaire d’augmenter le ratio : nombre de machines à sous (actuellement 10) par table de roulette...dans les casinos du groupe Harrah’s, en Hollande, en France, il est de l’ordre de 100 machines à sous/table de roulette. C’est une autre difficulté, même si il y aurait sans doute possibilité d’obtenir un accord sur ce point en raison de l’intérêt aujourd’hui de toutes les régions du pays : à Knokke, un investissement de 200 millions d’€ pour rénover le casino, vient d’être décidé par Lippens (sur ses fonds propres) ce qui en fait un allié de poids dans la communauté flamande, à Bruxelles, le nouveau casino est aussi exploité par un groupe international, qui serait sans doute ravi d’obtenir également un assouplissement de notre législation et la région bruxeloise y trouverait également son profit...

      Il y a donc une réelle opportunité politique de satisfaire les exigences d’Harrah’s ou d’un autre groupe de cette importance. D’autant que cette législation est totalement obsolète, du fait de la multiplication des "Luna Parks" (plus de 180 actuellement, quasi dans chaque quartier liégeois), qui exploitent un nombre considérable de machines à sous sans jamais devoir satisfaire cette exigence en matière de table de roulette !!! C’est évidemment dans ces lieux que les dépendances au jeu les plus pathologiques se matérialisent avec la bénédiction du législateur.

      Un super casino, c’est avant tout un lieu festif qui conjugue culture, spectacle, divertissement tandis que ces "Luna Parks" sont de véritables assommoirs du peuple, je suggère à ceux qui en doutent d’effectuer une visite. Internet renforce également l’obsolescence de cette législation, les sites de jeu en ligne sont disponibles partout sur ce média et sans aucun contrôle !!! Je ne parle pas des bingos voire même des jeux de loterie, qui sont autant de tentations pour les accros du jeu. Une étude d’Harrah’s disponible ici http://www.harrahs.com/harrahs-corporate/about-us-issue-papers.html en anglais, démontre que l’implantation d’un casino de ce type n’engendre pas d’augmentation du phénomène d’assuétude au jeu dans la population locale. Je le répète, ces joueurs pathologiques ne sont pas la cible de ce groupe. Ils préfèrent nettement la clientèle des riches congressistes en goguette, qui vont dépenser sans que cela porte à aucune conséquence (voir une autre étude d’Harrah’s sur le sujet ici http://www.harrahs.com/images/PDFs/Profile_Survey_2006.pdf) le temps d’un week-end de détente, où ils auront assisté à un congrès plus ou moins sérieux, à un spectacle de Céline Dion, de Prince ou du crazy horse, où ils auront fait leurs achats dans quelques boutiques de luxe (mono-marques pour la plupart, sans concurrence à Liège...Cartier, par exemple a déserté depuis longtemps notre ville) du casino et dégusté un repas gastronomique dans un restaurant du casino ou de la ville. Bien sûr, ils visiteront également la ville et ses musées, voire sa région en s’adonnant par exemple à une scéance de thalasso à Chaudfontaine ou à Spa, ce qui leur permettrait de visiter le plus vieux casino au monde.

      Je ne nourris pas de haine envers ces touristes, qui ont certainement travaillé dur pour gagner leur argent et qui viendrait faire vivre la population de notre ville en se divertissant.

      Est-ce une perspective répugnante, malsaine... Personnellement, rien de tout cela ne me scandalise...surtout si cela procure du travail à beaucoup de monde et si cela améliore considérablement la notoriété et l’image de notre ville. Si nous nous rappelons un peu de l’histoire de Liège et de son économie, nous nous souviendrons que la prospérité et l’essor des cristalleries du Val Saint Lambert est intimement liée aux nombreux séjours du tsar de Russie et de sa cour à Spa, ils ramenaient dans leurs bagages des wagons entiers de verrerie...Ben oui, casser son verre en portant un toast est bien une coutume russe, ce n’est pas une légende !!! Le père de John Cockerill était d’abord venu en villégiature dans la région liégeoise avant d’installer une usine textile à Verviers puis que son fils décide de créer ici son aciérie...Cet avis est partagé par tous les experts, qui se sont intéressés au redéploiement économique de notre ville (voir l’étude de Jouvenel, notamment http://www.liegeonline.be/lg2020/). Toutes ces études parlent de la nécessité d’un phare culturel de dimension internationale, cela peut être un méga musée, cela peut-être également un super casino...et ce pourrait être les deux, car le casino ne nécessitera pas de fonds publics !!! Harrah’s fait des bénéfices et ne sollicite pas de subsides publics, même si ils ont des exigences vis à vis de ces politiques...

      Voilà très honnêtement les raisons de mon attachement à ce projet, cela n’a d’ailleurs que peu à voir avec mes opinions politiques libérales...il s’agit surtout de mon attachement à notre ville et à sa population. Je n’ai d’ailleurs pas d’intérêt financier ou autres, caché !!! Si je me débats sur ces forum, sur mon blog et ailleurs à ce propos, c’est parce que j’y crois...tout simplement !!!

      Très sincèrement !!!

    • Il n’y a pas que des pisse-vinaigre sur ce blog.
      Toutes les initiatives sont bonne à prendre.
      Je vous souhaite bonne chance (mais c’est pas gagné...)

  • Bon, OK. Quelles sont dès lors vos propositions concrètes pour faire sortir Liège de son marasme économique ?
    C’est bien beau de critiquer tout et en tout temps mais il faut aussi apporter des solutions constructives !

  • Sur le forum d’E-Liège, la discussion a déjà réuni des passionnés et un acteur :

    http://kronex.free.fr/discussions/u...

    Bonne lecture

  • En quoi le fait de transformer des bâtiments inutilisés en un complexe hôtelier de luxe est honteux ?

    • 1. Le problème n’est pas que tel ou tel bâtiment sera occupé mais précisément et au contraire que ce projet prétend s’approprier une part significative de l’espace public pour s’y installer.

      2. Il faut croire que vous n’avez pas lu le texte auquel vous répondez.

    • Je faisais allusion à l’hôtel de Sélys-Longchamps et non pas à la grand poste.

      les même que ceux qui sont actuellement en train de transformer l’un des plus beaux hôtels de maîtres de Liège, l’hôtel de Sélys-Longchamps, en un hôtel cinq étoiles pour notre honte à tous

      Le projet de casino tel que présenté demanderait des travaux tellement gigantesques qu’il est impossible qu’il voit le jour à moyen terme (et donc à long terme puisque d’ici là on aura eu 150 autres projets). Il n’est donc même pas nécessaire d’avoir un avis sur la question. Qu’on soit pour ou contre, ça n’existera pas. Pas la peine d’en faire tout une histoire.

    • Ah ok, ce n’était pas clair. Je précise donc.

      Je considère simplement que l’hôtel de Sélys-Longchamps est l’un des plus précieux héritages architecturaux non religieux que conserve la ville de Liège. Je ne vois que l’hôtel de Bocholtz et l’hôtel Torrentius pour rivaliser, lesquels sont respectivement occupés par une banque d’affaires et (à ma connaissance) un particulier, autrement dit non accessibles au public. J’ai pourtant le sentiment qu’il est souhaitable que les éléments les plus exceptionnels du patrimoine soient accessibles au public, appropriables, disponibles pour être visités par les écoles, utilisable dans la constitution d’une identité liégeoise parfois bien pauvre, etc

      Je regrette dès lors que ce soit un hôtel cinq étoiles — fonction représentant jusqu’à la caricature la fermeture des lieux au public et leur appropriation par la petite caste des possédants — qui y soit installé. J’eus préféré qu’il soit possible d’en faire un espace culturel public. Mais il est vrai que les criminels qui ont assèché les finances de la ville de Liège dans les années 60, 70 et 80 ont probablement rendu ce genre de projets impossible, occupés que nous sommes à payer les traites d’une dette dont ma génération est la victime, non seulement parce qu’elle n’a pa profité de l’époque om Liège disposait de services publics (trop pour ses finances) importants et qu’elle paie aujourd’hui cette dette mais aussi parce que ce qu’il reste de cette dette, c’est tout ce qui défigure Liège, depuis les sinistres autoroutes urbains et les cicatrices de celles qu’on a renoncé in extremis à construire jusqu’au non moins sinistres bâtiments construits n’importe comment et n’importe où, à l’image de la cité administrative de la ville ou de l’îlot St Georges, entre autres.

      Quant à la Grand-Poste, je m’en soucie un peu moins dans la mesure où ce bâtiment me semble architecturalement et historiquement moins significatif (et que, pour tout dire, le néo-gothique me semble le comble du mauvais goût) mais ceux qui considèrent que ce bâtiment est extrêmement précieux devraient être plus attentifs car un simple coup d’oeil aux ébauches publiées sur le site du promoteur montre que l’intention semble assez clairement de faire du façadisme, en détruisant les espaces intérieurs — il me semble notamment que le grand hall postal qui est l’une des parties remarquables de l’édifice (et à tout le moins chargé d’histoire pour beaucoup de ceux qui sont passés par là) sera remplacé par une cour, si j’en crois les plans en question.

    • Si je me souviens bien, cet hotel était, à une époque, à vendre pour 1 franc symbolique... Il suffisait de le racheter, non ? Sauf qu’il fallait avoir quelques dizaines de millions de francs de l’époque pour le retaurer. Et le restaurer pour en faire quoi ? Sans affectation, pas de rénovation. C’est bien joli de dire que ce patrimoine doit être accessible au publique. Dans ce cas, on devrait rendre publique les 5% de biens classés (par rapport au patrimone national, c’est donc énorme) de la ville de Liège. Là on a un investisseur, qui en plus réalise un projet architectural de qualité, il n’y a vraiment pas de quoi se plaindre.
      Pour rappel, il y a une magnifique église qui pourrit à quelques mètres de là, et ça, ca n’intéresse personne....

  • Mr. Berryer

    Votre projet en tout cas ne laisse pas tout le monde indifférent, au vu de ce qu’on peut lire sur différents sites internet sur lesquels vous n’avez pas craint de vous exprimer personnellement (on ne peut que vous en féliciter).

    Je vous avouerai que l’esthétique du projet tel que présenté notamment en tête du sujet sur ce blog-ci m’inquiète beaucoup. Ailleurs j’ai lu que ce ne serait qu’une première ébauche. Soit ! supposons que vous pouvez mieux faire, et que votre curriculum me convainc, ainsi que votre intérêt prouvé pour les énergies douces. Me basant sur certains points qui posent problème et que j’ai recensé sur ces différents blogs, j’aimerais à ce stade vous demander quelques éclaircissements (j’en ai trop lu à ce sujet pour me rappeler toutes mes sources, certaines ayant d’ailleurs disparu du net).

    1. Il me semble qu’à un certain moment vous ayez eu des assurances de la ville pour mener à bien votre projet, alors qu’ailleurs plus tard il me semble me souvenir que des échevins communaux niaient ce fait. Quelle est la situation exacte de ce point de vue ?

    2. Vous avez eu un échange un peu « viril » et humoristique sur liège.indymedia concernant la réalité des chiffres avancés en terme de nuitées et d’emplois réels : quelle est le degré de variabilité réel de vos chiffres ?

    3. Vous avez mentionné sur ce même site l’existence de 3 études dont une contre-étude réalisée par un groupement indépendant et une autre calculant les éventuels dommages collatéraux. Peut-on prendre connaissance au moins des résumés de ces études et ne serait-il pas bon de les publier sur votre site ?

    4. En quoi les emplois créés sont-ils indélocalisables, selon vous ? Selon moi, si VW trouve intérêt à fermer une usine en Belgique, je ne vois pas en quoi un projet comme le vôtre serait empêché de faire de même, surtout vu l’effet de mode qui est caractéristique de la clientèle que vous visez.

    Je relève aussi que votre réflexion reste avant tout économique quoiqu’elle aie des conséquences politiques très importantes selon moi. Ainsi quand vous entrevoyez l’économie quaternaire comme planche de salut pour nos économies, tout en vous prévalant d’avoir été Al Gore dix ans avant Al Gore lui-même, ne pensez-vous pas qu’au contraire le futur nous contraindra à produire à nouveau des biens ici plutôt qu’à l’étranger pour les réimporter ensuite par avion ou par bateau ? Et peut-on qualifier d’équitable et viable un transfert vers les pays pauvres de la production des biens ( et de la pollution qui l’accompagne) avec le développement d’un secteur quaternaire en Europe ? Est-ce réellement efficace globalement en terme d’économie d’énergie et de lutte contre le réchauffement climatique ? Mais je crains que là, vu votre position en tant uniquement qu’acteur financier et économique, je n’aurai pas de réponse. Ce serait dommage car ça disqualifierait au moins partiellement vos arguments.

    • J’ai en tout cas retrouvé cet article du groupe Sud Presse où Mr. Firket déclarait :“Pour la Grand Poste, nous n’en sommes qu’aux premiers contacts. Les promoteurs sont libres de venir présenter leur projet ici, mais cela ne préjuge pas d’une quelconque concrétisation du dossier”. Or j’ai lu ailleurs que la vente de la Grand-Poste ne serait effective que si le projet se réalise... La situation me paraît étrange.

      On peut aussi y lire que les urbanistes François Louwet et Claude Strebelle sont plutôt sceptiques sur l’adéquation de telles tours dans ce quartier...

      Voir en ligne : l’article de Sud Presse

    • Strebelle ? C’est un blague ?
      Il n’a pas encore assez fait de dégats celui-là ? Comment peut-on encore donner la parole à quelqu’un qui n’a pas vu le monde évoluer depuis 20 ans ?

  • Quand on voit le temps et l’argent qu’il aura fallut (et faudra) pour aménager la nouvelle gare des Guillemins, je doute que la ville de Liège puisse se lancer dans des travaux encore plus énorme (enterrer pas loin d’un km de boulevard en bord de Meuse est une affaire assez complexe, on se souviendra de l’abandon des tunnels du métro à quelques centaines de mètre de là pour cause d’infiltration d’eau).
    J’ai également des doutes quand à l’utilité une salle de plusieurs milliers de place (on a déjà le forum, l’OPL, l’ORW, le palais des congrès et pas mal de théatre et cabarret de moindre importance, sans compte le Country Hall) et d’un nouveau centre commercial (l’îlot St Michel peine à garder toutes ses boutiques ouvertes en même temps et pas mal de mal magasins ouvrent et ferment continuellement dans le centre, on doit donc avoir atteint un certains équilibre de ce côté à Liège).
    Par contre des tour de bureaux, je dis oui (enfin à priori). Le casino et un hotel qui va avec j’ai rien contre, un peu de prestige et de luxe ça n’est jamais mauvais pour l’image de la ville sur le plan touristique. Il est vrai que je ne me rend pas comtpe de la taille annoncée, il faudrait un point de comparaison (Chaudfontaine par exemple) pour mieux juger.

    Disons que le projet en lui même est intéressant, car ce quartier est effectivement sinistre, mais sans doute démesuré. Les deux tours avec des bureaux, le casino, l’hotel, un réaménagement du quartier pour en faire des commerces, des bureaux ou simplement des habitations et basta. Ce sera déjà un fameux progrès. Pas besoin d’enterrer la voie rapide. Pas de place pour les tours si on n’enterre pas ? Rasons quelquesuns de ces paté de maisons lugubres qui ne sont que des bordels pour faire de la place.

    A propos de l’hotel Sélys, je préfère voir un beau bâtiment entretenu auquel je n’ai pas accès à un bâtiment en ruine mais propriété de la collectivité. Si en plus ça peut générer des emplois, tant mieux.
    75% des liègeois ne sont probablement jamais entrés dans la cathédrale. Pourtant c’est très joli à voir et l’entrée est libre, ce qui me laisse penser que les gens n’ont que faire du patrimoine autrement que comme décor architectural et donc se foutent de ce qu’on fait dans l’hôtel Sélys tant qu’il n’est pas à l’abandon. Mais je suppose qu’en tant qu’intellectuel de gauche (pléonasme), tu sais mieux que les gens ce dont ils ont envie et besoin.

    Mais non, je plaisante, toute idée venant de la droite et liée au concept d’argent est forcément mauvaise. Dommage que Staline n’ait pas reconquis l’Europe tout seul, nous connaîtrions le vrai paradis collectiviste depuis 60 ans.

    • Mais non, je plaisante, toute idée venant de la droite et liée au concept d’argent est forcément mauvaise. Dommage que Staline n’ait pas reconquis l’Europe tout seul, nous connaîtrions le vrai paradis collectiviste depuis 60 ans.

      Oui j’espère que tu plaisantes ! Je ne suis pas plus disposé à me faire le suporter du "néolibéralisme" que du "stalinisme". En tout cas, même logés dans un petit studio, il est clazir que la ville nous appartient et qu’elle ne doit pas être à la merci de capitaux vollatiles, aveugles et sans liaison intime avec notre mode de vie ou celui que nous laisserons derrière nous.

      De Staline je garde un héritage mal géré d’une certaine conception de la propriété collective qui est sûrement plus légitimement appliquée en amérique latine:moins dogmatique et plus réaliste . Le principe des propiétés collectives ancestrales me séduit beaucoup dans sa modernité, plus que la colectivitasion forcée. Mais tu as raison : en Europe, l’histoire a effacé toute posibilité de cet ordre.

      Je ne dirai jamais "vive staline" ’mais SUR CE PLAN je me refuse à dire "mort à staline", car depuis nous avons vu du côté libéral bien pire que Staline.

      Et plus encore, je ne peux m’empêcher de soutenir le régime cubain qui durant pluieurs dizaines d’années a du subir un blocus implacable, ceci conjugé à la chute du bloc de l’est (son principal importateur de sucres mais aussi principal exportateur d’énergie), qui a du subir de multiples infiltrations US. Le peuple cubain, digne et solidaire en ces mauvaises périodes, affiche aujourd’hui des taux d’alphabétisation, de libertés des DH, de santé (mortalité infantile) nettement supérieurs à la moyenne régionale et même à la statistique nord-américaine. Pour rappel, 1/3 des citoyens de l’état de Washington, sont analphabètes ! En regard des populations respectives, le taux d’incarcération est nettement inférieur à Cuba, même si la peine de mort y est encore théoriquement appliquée, elle ne l’a plus été depuis ....
      Il me semble que je m’égare de "la morgue obscène des promoteurs d’un casino" ... quoi que ...le lupanar CUBA américain était une réalité avant le castrisme... BIENVENUE à Liège ... mais pas aux maffiosi !

    • Quand on voit le temps et l’argent qu’il aura fallut (et faudra) pour aménager la nouvelle gare des Guillemins, je doute que la ville de Liège puisse se lancer dans des travaux encore plus énorme

      Oui, de toute évidence, la ville n’a pas ces moyens. Mais, en y réfléchissant, il me semble me rappeler que la voirie concernée dépend de la région wallone, et le MET (même s’il les utilise fort mal) dispose de moyens autrement plus conséquents que ceux de la ville de Liège (et vu que le MET dépend par ailleurs d’un des politiciens les plus irresponsables de ce pays, tout est possible). Par ailleurs, avant qu’il s’en aille d’ici, M. Berryer évoquait dans des termes peu clairs un possible investissement de sa part pour ces travaux. Son départ précipité ne lui aura malheureusement pas laissé l’occasion de nous dire plus précisément ce qu’il envisageait. Quoi qu’il en soit, je ne commettrai par l’erreur de ne pas prendre MM. Berryer consorts au sérieux.

      A propos de l’hotel Sélys, je préfère voir un beau bâtiment entretenu auquel je n’ai pas accès à un bâtiment en ruine mais propriété de la collectivité.

      Certes, mais permettez-moi d’imaginer qu’un troisième terme à l’alternative pourrait être d’en faire un lieu public. Et non, je ne veux pas transformer en lieux publics les trois quarts de la ville de Liège. Je dis simplement et je répète que l’hôtel de Sélys-Longchamps fait partie des bâtiments les plus précieux de cette ville et qu’il fait à ce titre partie de notre patrimoine culturel et que par conséquent je réclame le droit de chacun de le visiter.

      Si en plus ça peut générer des emplois, tant mieux. 75% des liègeois ne sont probablement jamais entrés dans la cathédrale. Pourtant c’est très joli à voir et l’entrée est libre, ce qui me laisse penser que les gens n’ont que faire du patrimoine autrement que comme décor architectural et donc se foutent de ce qu’on fait dans l’hôtel Sélys tant qu’il n’est pas à l’abandon. Mais je suppose qu’en tant qu’intellectuel de gauche (pléonasme), tu sais mieux que les gens ce dont ils ont envie et besoin.

      Je trouve cet argument dangereux (outre qu’il est à mon avis faux et que les Liégeois me semblent majoritairement attachés à ce qui fait la richesse culturelle de leur ville, à des titres divers). Il mène tout simplement à l’impossibilité de tout débat collectif, de toute action collective. Le monde se résume selon une telle vision des choses à la somme des vouloirs d’individus « libres », consommateurs épanouis dans la société capitaliste (car, bien sûr, la publicité, par exemple, ne porte en aucune manière atteinte à leur libre arbitre). Eh bien non, je refuse de me soumettre à ce diktat totalitaire (parce que c’est cela qui est véritablement totalitaire). Les intellectuels de gauche ont peut-être beaucoup de défaut (à commencer par le fait qu’ils ne sont de moins en moins nombreux) mais je les préfère sans aucun doute aux zélateurs du marché et de la libre entreprise qui ne tolèrent le peuple qu’avili et consommateur de la sous-merde sous-culturelle qui le maintient dans cet état. L’idéal d’émancipation peut certes avoir des conséquences tragiques lorsqu’il devient trop prosélyte, il n’en reste pas moins infiniment préférable à l’idéologie spectaculaire-marchande.

      Tiens, pour être concret, je parlais des écoles, je disais qu’il serait souhaitable de pouvoir emmener les écoliers visiter des trésors tel que l’hôtel de Sélys-Longchamps. Trouvez-vous que là aussi il s’agit d’un insupportable acte d’autorité, substituant aux désirs légitimes des enfants cette corvée aliénante de visiter un bâtiment du XVIe siècle ?

      Et merci de ne pas me tutoyer si c’est pour asséner de pareilles bêtises.

      Mais non, je plaisante, toute idée venant de la droite et liée au concept d’argent est forcément mauvaise. Dommage que Staline n’ait pas reconquis l’Europe tout seul, nous connaîtrions le vrai paradis collectiviste depuis 60 ans.

      Argument intéressant ; d’une richesse conceptuelle et d’une subtilité véritablement ébouriffantes.

      Staline est mort et il n’est plus que l’une ou l’autre secte d’illuminés insignifiants pour célébrer sa gloire. Plus personne de sérieux à gauche, à commencer par ceux qui se réclament du communisme, ne voit dans le système soviétique autre chose que la déviation monstrueuse d’un bel idéal. Reste que depuis la chute du mur et l’effrondrement de la « menace communiste », les droits sociaux et démocratiques sont en recul généralisé en Occident, la part de la richesse produite captée par les revenus du capital (au détriment des revenus du travail) en augmentation permanente, etc.

  • Pour une belle architecture type mosan, c’est raté. C’est à dégobiller.
    L’idée en elle même d’aménager ce coin des quais n’est pas mauvaise, mais alors ces tours qui dépasseront les toits environnants, c’est nul. N’avait-on pas promis de limiter la hauteur des bâtiments ? Ce qui est bien c’est qu’elles ne soient pas rouges sang de boeuf...Quand la Ville de Lge va-t-elle cesser de dénaturer Liège, son patrimoine, son âme en fait. Nous ne sommes pas aux USA, nous n’avons pas besoin de courants d’air glacés dans nos streets . Nous voulons des rues et des bâtiments sympathiques et humains, pas des tours.
    ♪♪♪ Méga, méga, méga musée, méga gare, méga tour et moi, et moi, et moi ! je suis tout seul dans mon coin .♪♪♪
    Ce qui fait la beauté de Liège pour les touristes (et pour nous), c’est sa convivialité, sa chaleur, son ambiance cosy, son "cocoon".
    Vont-ils inaugurer ces tours un 11 septembre ?