Les archives des Bulles

Les standards propriétaires font-ils partie des valeurs de l’ULB ?

dimanche 18 mars 2007, par François Schreuer

Il y pour le moment qui déferle partout cette polémique assourdissante sur la censure de Tariq Ramadan par l’Université libre de Bruxelles (ULB), dont je parlerai un de ces jours si je trouve à en dire quelque chose d’intéressant. Etudiant à l’ULB, j’ai assez naturellement suivi avec un certain intérêt les argumentaires des uns et des autres, ce qui m’a notamment amené à lire la page web que l’université consacre à ses valeurs, dans le cadre d’un vaste chantier sur l’actualité du libre examen. Même si mon inscription à l’ULB, université athée, est pour moi un choix délibéré, j’avoue être assez rapidement pris d’une certaine lassitude en lisant cette prose ressassée et pour tout dire un peu désuete qui est déployée, particulièrement quand elle s’en prend aux retour des « relativismes ». Mais peu importe, car j’ai trouvé l’énergie de poursuivre la lecture jusqu’aux pistes de réflexion proposées, en l’occurrence la vidéo d’une conférence de Mme Danblon consacrée à cette question essentielle « Faut-il promouvoir le libre-examen ? ».

Curieux que je suis, j’ai naturellement cherché à visionner la conférence, sans succès, les fichiers ne sont proposés que dans un des pires formats propriétaires disponibles sur le marché : RealVideo. Une vraie crasse, illisible par aucun logiciel libre connu, un format dont les spécifications sont rigoureusement tenues secrètes de façon à empêcher toute utilisation par d’autres logiciels que ceux autorisés par l’éditeur RealNetworks et a fortiori toute interopérabilité. Bien que n’étant, comme je l’ai signalé, que très modérement porté sur l’évangélisation, je me suis quand même fendu d’un courriel au responsable de la page pour lui indiquer le problème que je rencontrais, voire suggérer le léger hiatus qu’il pouvait éventuellement y avoir pour l’ULB à utiliser un tel format, particulièrement sans ses pages consacrées à ses valeurs.

J’ai reçu une gentille réponse d’un membre des services techniques de l’ULB, me suggérant de télécharger un player chez RealNetworks, à qui j’ai bien du expliquer que cela ne me satisfaisait pas complètement.

Monsieur,

Je vous remercie de votre réponse rapide, qui ne me satisfait cependant pas pour trois raisons :

- D’une part, mon ordinateur est basé sur une architecture PowerPC et non PC, de sorte que les binaires fournis à l’adresse que vous m’indiquez ne peuvent fonctionner. Les sources de ce logiciel n’étant pas fournies, il m’est impossible de tenter de l’adapter à mon système ou (plus prosaïquement) d’espérer qu’il le sera par des programmeurs plus compétents que moi.

- Pour autant, quand bien même cela fonctionnerait, je ne souhaite pas utiliser sur mon ordinateur de code dont les sources ne sont pas publiques, particulièrement quand ce code provient d’une société comme RealNetworks qui s’est fait connaître en insérant dans ses programmes divers mouchards. Le choix des logiciels libres que j’ai fait est aussi celui de la protection de ma vie privée.

- Enfin, la version proposée au téléchargement gratuit contient des publicités. Je ne vois pas pourquoi je devrais subir la présence de publicité alors que si vous diffusiez vos données dans un format libre comme Ogg Theora ou au moins dans un format lisible facilement sur toutes les plate-formes comme Mpeg, je n’aurais pas le moindre problème à le lire avec un logiciel comme VLC.

Bref, l’usage de formats propriétaires n’amène que des ennuis, particulièrement pour les utilisateurs qui tentent d’avoir des comportements éthiquement responsables dans leur usage de l’informatique. La présence de tels formats sur la page consacrée aux « valeurs » de l’ULB n’est pas sans comporter une certaine ironie, d’autant plus que les universités sont confrontées aujourd’hui, par exemple en matière de diffusion de la recherche et d’accès aux publications internationales, aux problèmes de taille que pose le modèle propriétaire qui s’est imposé dans ce domaine.

En vous remerciant etc

Je citais en outre la source utilisée pour ces informations, à savoir différentes pages des sites Wikipédia anglophone et francophone.

J’ai reçu peu de temps après, le 14 mars exactement, une réponse d’un autre membre des services techniques qui m’indiquait ceci :

Bonjour,

La réponse est simple : pas pour l’instant. On travaille à la mise au point d’une nouvelle technique de diffusion pour bientôt basé sur une autre technologie, mais cela prendra encore un peu de temps.

Bonne journée

Dont acte. Je me permets de conserver ici une trace de cet échange pour mémoire et pour que ceux qui après moi viendront puissent le cas échant constater les progrès ou les stagnations dans la manière dont l’ULB impose ou non à ses membres la pratique d’une religion en matière informatique. Pour ma part, je suis adepte de l’indépendance non seulement dans la pratique du jugement mais aussi dans les conditions matérielles qui le permettent. C’est la raison pour laquelle j’exige le droit de ne pas dépendre d’une société privée quelle qu’elle soit pour accéder à une information. C’est la raison pour laquelle je milite pour des standards ouverts qui sont non seulement une condition sine qua non à l’usage effectif des logiciels libres mais aussi une condition de l’indépendance technologique, du droit effectif de diffuser des idées ou d’en prendre connaissance sans dépendre de personne.