Les archives des Bulles

La preuve que les services publics peuvent collaborer entre eux

jeudi 10 mai 2007

On dit souvent — à raison — qu’il est nécessaire que les services publics collaborent mieux entre eux. Et on cite souvent les transports en commun, qui dépendant, selon qu’ils sont ou non ferroviaires, du fédéral ou des régions, sont de ce fait ou pour d’autres raisons régulièrement un nid de problèmes pour leurs usagers (qui dépendent quant à eux à la fois du fédéral et des régions).

Il peut cependant parfois en aller autrement. La publicité [1] dont je joins la photo en est un bel exemple : la SNCB est à la conception, les TEC à la diffusion, unis... pour pour la propagation du sexisme et de la beaufitude la plus grasse [2].

J’ajoute qu’ayant — douloureusement — passé il y a peu le cap des 26 ans (ouille, ça me fait mal rien qu’à l’écrire), et ayant par conséquent été contraint de passer du Go Pass [3] au Rail Pass (69 EUR pour dix trajets), j’ai une raison de plus de trouver la pub de la SNCB vraiment saumâtre. Car, je le dis, je l’affirme, je le crie — plus convaincu, comme vous le savez, que jamais que les transports en commun doivent être gratuits —, l’idée que le train de coûte pas cher est rigoureusement inexacte.

Notes

[1Cette campagne date déjà de quelques semaines, à présent, mais je ne pouvais pour autant pas éviter de signaler cet exemple hallucinant de ce que peut donner la rationnalité publicitaire.

[2Les utilisateurs d’un synthétiseur vocal noteront que la publicité, apposée sur un bus, porte ce slogan : « Prenez le train et une copine plus dépensière »

[3Lequel, quoique plus abordable, n’en est pas pour autant accessible à tout le monde, loin s’en faut. Son prix a d’ailleurs augmenté, comme le reste des tarifs SNCB, au-delà de prix de la vie ces dernières années. Je retrouve d’ailleurs la trace d’un papier que j’avais pondu il y a plus de six ans sur le sujet : le lecteur m’accordera au moins d’avoir de la suite dans les idées :)