Les archives des Bulles

Il n’est pas trop tard pour sauver Pierreuse

mardi 28 août 2007

Le dossier de la construction des annexes du palais de justice de Liège revient une fois encore sur l’avant-scène. L’auditeur du Conseil d’Etat vient en effet de rendre un nouvel avis défavorable à l’endroit du énième permis de construire, de sorte qu’on nage de toute en évidence en en pleine insécurité juridique dans ce dossier.

Comme je l’avais déjà dit (ici et ici), je trouve malsain que ce genre de débats soient réglés par la justice, sur base d’ergottages sur la réglementation urbanistique plutôt que par un processus politique permettant une décision collégiale des habitants de la ville. Pour tout dire, la légitimité du Conseil d’Etat à s’ingérer dans le débat urbanistique liégeois me semble même douteuse. En même temps, je ne peux que reconnaître le bien fondé de plusieurs arguments des opposants au projet. Je pense qu’il serait dès lors heureux que le pouvoir politique communal reprenne la main et propose un consensus plutôt que de laisser à la justice bruxelloise (au Conseil d’Etat, exactement) le soin de décider de la manière dont on doit aménager la ville de Liège. Cette affaire n’a que trop duré.

Et il me semble que ce compromis n’est pas inatteignable. Il consisterait pour l’essentiel à réduire d’une étage la tour qui domine l’ensemble et n’est pas encore achevée mais déjà bien entamée [1] et à renoncer à la construction du bâtiment prévu le long de la rue Fond Saint Servais. Ce bâtiment (qui, sauf erreur de ma part, est destiné à la police judiciaire) serait implanté en bordure du cadran, deux cent mètres plus loin, où des parcelles de terrain à construire restent disponibles et où cette implantation pourrait constituer une suture bienvenue du tissu urbain fort malmené du quartier. Sur l’espace dégagé par ce bâtiment qu’on renoncerait donc à constuire (photo, vue depuis la rue Pierreuse) prendrait place une vaste esplanade agrémentée de verdure, au bout de laquelle viendrait s’installer (le plus vite possible) la très attendue nouvelle gare du palais (l’actuelle, en sous-sol, n’en finissant pas de se délabrer). Pierreuse retrouverait de l’air, gagnerait au passage une esplanade bien utile à la vie du quartier.

Et il ne serait plus nécessaire d’en appeler au Conseil d’Etat...

Notes

[1Ce qui permet de se rendre compte qu’elle sera effectivement fort haute, trop haute, comme annoncé par les opposants.