Les archives des Bulles

Rassemblement pour le tram à Liège ce lundi 1er octobre à 18h devant l’hôtel de ville

lundi 1er octobre 2007, par François Schreuer

Les signataires (plus de 2300 à ce jour) de la pétition pour le tram et contre l’autoroute Cerexhe-Heuseux/Beaufays organisent un rassemblement ce lundi 1er octobre à 18h devant l’hôtel de ville de Liège.

Alors qu’une bonne partie des principaux décideurs liégeois continuent à affirmer leur volonté de réaliser tant l’autoroute CHB qu’un très hypothétique réseau de tram ou de tram-train, nous rappellerons que, les capacités d’emprunt de la Région wallonne étant ce qu’elles sont, il n’est budgétairement pas possible de réaliser l’un et l’autre de ces deux projets à court ou moyen terme. Et qu’en conséquence un choix s’impose. Dans la situation actuelle, aucun débat sérieux n’a lieu sur ce choix qui engage pourtant gravement notre avenir. Si rien ne bouge, c’est un projet vieux de trente ans qui sera réalisé, engloutissant 400 millions d’argent public, soit approximativement la somme nécessaire à la construction d’un réseau de tram de base (4 lignes) dans l’agglomération liégeoise.

Nous rappellerons par ailleurs que, loin de concerner principalement le trafic de transit international, la nouvelle autoroute, d’après les propres études du ministère wallon de l’équipement et des transports, sera principalement utilisée pour des déplacements locaux. Et qu’en conséquence, c’est bien d’un choix de mobilité à l’échelle de l’agglomération liégeoise qu’il est question ici.

Alors que presque toutes les grandes villes françaises sont passées au tram avec succès, alors que l’Allemagne a des longueurs d’avance en matière de transports en commun, nous rappellerons aussi que Liège n’est plus très loin d’être la seule agglomération de plus de 500.000 habitants en Europe occidentale à ne pas disposer d’un système de transports en commun de grande capacité. Dans le même temps, la Belgique — et la région liégeoise y contribue grandement — dispose, selon le ministère belge des affaires étrangères, du réseau autoroutier le plus dense du monde.

Nous rappellerons encore que la politique du tout-à-la-voiture menée par le gouvernement wallon est littéralement suicidaire. La surenchère autoroutière permanente mène dans le mur et tout le monde le sait. Face au défi climatique et face au renchérissement du prix de l’énergie (qui ne fait que commencer), il est plus que temps de modifier profondément la manière d’aménager le territoire et de se déplacer. C’est un impératif environnemental. C’est aussi un impératif social.

Il est donc temps de mettre un coup d’arrêt définitif à l’inflation routière et de réorienter massivement les crédits wallons vers la mobilité douce et les transports en commun. C’est ce que nous rappellerons ce lundi à nos élus qui assisteront au conseil communal de Liège, à 18h30.

À lire aussi dans ces pages :

Photo : Une du quotidien Le Jour du 25 avril 2006. Source.