Les archives des Bulles

Avenir incertain des bulles

vendredi 19 octobre 2007, par François Schreuer

Voilà maintenant environ quatre ans et demi que ce « blog » — ainsi qu’il est convenu de dire — existe ; les publications s’y sont succédées à un rythme très modéré durant tout ce temps, mais sans interruption significative, de sorte que, petit à petit, ce site semble avoir trouvé un public (ce que la mise en place du portail mouvements.be a visiblement facilité) malgré une écriture très inégale (si je ne suis pas certain qu’on y trouve le meilleur, il est évident que le pire y foisonne) et sans doute un peu plus d’énervement que d’émerveillement pour des carnets qui n’auront par conséquent par été aussi cathartiques qu’espéré. Les statistiques de fréquentation indiquent en effet un bon millier de visiteurs quotidiens ; mais j’ai tendance à faire assez peu confiance aux statistiques sur le web. Dès lors, le seul indicateur auquel je me fie est le nombre de commentateurs, qui reste assez réduit. Bref, j’ignore combien de lecteurs j’ai ; et partant quelle est l’utilité de l’écriture dans cet espace.

Si je vous parle de l’utilité des bulles, c’est que, je dois bien le dire, j’ai à présent le sentiment de tourner un peu en rond. De sorte que j’hésite sur le destin, plus ou moins funeste, qu’il convient de réserver aux présentes pages web. Les fermer avant leur cinquième anniversaire ? Les faire plutôt évoluer vers quelque chose de nouveau, ou encore fermer le site pour en ouvrir un autre, sous un autre nom, et partir sur de nouvelles bases ? Je n’ai pas encore pris de décision et je serais heureux de savoir ce qu’en pensent les lecteurs qui me font l’honneur de suivre ces carnets.

Ah oui, j’oubliais, un élément important à prendre en compte est que je travaille à présent comme journaliste (à tiers-temps pour la revue Politique), ce qui m’amène 1. à organiser mon temps de façon plus rationnelle et avec des priorités dont ce site ne fait pas vraiment partie ; 2. à me poser sérieusement la question de la manière dont je vais pouvoir vivre de ma plume (ce qui est tout sauf gagné d’avance vu mon profil un peu trop hérissé de piquants, semble-t-il, et quelques éléments annexes) et 3. à modifier le point de vue depuis lequel j’écris : il me semble que la déontologie du journalisme exige une certaine réserve de la part de ceux qui souhaitent en faire leur profession. Pour le dire autrement, le journalisme a beaucoup plus à voir avec les faits qu’avec l’opinion ; le rôle premier d’un journaliste me semble demeurer dans l’établissement de la réalité des événements qui ont lieu dans le monde social — et seulement ensuite, le cas échéant, en proposer une analyse. C’est toute la difficulté d’un journalisme « de gauche » tiraillé en permanence entre la charge critique de son observation et le constat du même phénomène, mais inverse, en creux — mais légitimité par la masse — dans l’idéal-type auquel lui est demandé de peu ou prou se conformer. Le grand écart n’est cependant pas obligatoire : l’attention accordée aux faibles et aux exclus, une couverture rigoureuse des mouvements sociaux, une compréhension nuancée de la conflictualité sociale, etc suffisent à détonner face aux dérives préoccupantes des grands médias. L’inconvénient, c’est que la collecte des faits demande bien plus de temps et d’investissement (déplacements) que l’analyse ou le commentaire qui se basent, pour l’établissement des faits, sur des sources tierces. Bref, se pose la question des ressources financières. Même si ce blog est à mille lieues aujourd’hui de correspondre à l’idéal dont je viens de brosser les grands traits, je viens de placer à tout hasard un bouton paypal (en haut à droite), histoire de voir si cette méhode peut faire rentrer quelqu’argent dans les caisses.

Quant au contenu de ces bulles nouvelle version — si elles gardent ce nom — qui pourraient voir le jour, rien n’est déterminé. Quelques envies ressortent, quand même. Celle, tout d’abord, de passer à une écriture plus longue, moins inscrite dans l’instant et l’actualité insaisissable [1], plus réfléchie, plus travaillée. Il me semble aussi nécessaire de passer plus de temps à la lecture et moins à l’écriture ; une possibilité pourrait être de publier dans ces pages des notes rendant compte de mes lectures, principalement en en sciences humaines (philosophie, histoire, sociologie, économie,...). Une troisième option pourrait être de donner la parole à d’autres : je songe par exemple à réaliser ici des entretiens audio de personnalités critiques de notre société, un peu à la manière de Pascale Fourier, l’auteur de l’excellente émission Des sous et des hommes sur Aligre FM, tenter de chercher la qualité dans l’analyse plutôt que la quantité, apporter ou rendre visibles des éclairages inédits. Certains lecteurs — deux ou trois, guère plus — m’ont également fait part de leur souhait de participer à l’écriture de ces pages ; ce pourrait être une piste intéressante. Aller vers une écriture plus collective ou au minimum créer un espace où l’on progresse ensemble, où l’on se donne une exigence commune. Une autre idée, encore, serait d’écrire des fictions, parce que l’écriture y a bien plus que dans le commentaire politique, l’occasion d’être l’objet d’attention, parce que, aussi, bien des choses que je sais sur la manière dont le monde ne va pas si bien que ça, je ne peux les dire telles quelles, faute de preuve ou parce que je mettrais en difficulté des proches — peut-être que la fiction est une manière de rendre présents des débats qui sans cela restent la plupart du temps terrés sous la surface du monde (il y a bien sûr des exceptions, comme ce remarquable texte de Xavier Dunezat sur l’université française qui défraie à juste titre la chronique depuis quelques jours).

Bref, l’avenir est ouvert, mais des choses vont changer ici dans un avenir plus ou moins proche. Vos commentaires, publics ou privés me seront des plus précieux pour y voir plus clair.

Notes

[1Depuis l’entrée dans le règne de Sarkozy, l’exercice de critique instantanée du pouvoir est d’ailleurs devenu quasiment impossible, en raison de la masse des régressions qui s’accumulent sans qu’il soit possible d’en débattre sérieusement.

Messages

  • dommage de douter, les contenus ont toujours été forts enrichissants.
    je ne vous visite pas depuis 5 ans mais des petites visites irrégulières depuis 2 ans, et puis vous étes en lien dans très modeste blog.
    http://aldorande.hautetfort.com

    Mais des yeux commes les votres un peu partout sur la planète ça fait des liens idéologiques qui nous renforcent mutuelement même si on ne prend pas toujours le temps de s’écrire

    Quoi que vous en fassiez de vos bulles, je viendrais y voir…

    Baudouin

  • Les mailles d’une chaine qui libère des idées, de textes en textes, des uns vers les autres... pour faire passer des pensées, pour se confronter à des concepts ou à la réalité.

    A encore vous lire parce que vous avez des choses à dire.

    Denis MARION

    denismarion.be

  • J’aime bien l’esprit de ce blog qui :
    - apporte un jour intéressant aux actualités. Une analyse de fond, pas spécialement indépendante mais toujours honnête intellectuellement.
    - suscite le questionnement sans prétendre y avoir réponse à chaque fois
    - présente une rigueur dans la réflexion qui fait plaisir à lire (honnêtement, peu de blogs en font preuve - du moins parmi ceux que je connais)

    Maintenant, si vous conservez cet rigueur, cet esprit et cette humilité, ce sera toujours un plaisir de vous lire, ici ou ailleurs. Bonne continuation...

  • moi j’apprécie beaucoup les bulles : j’y trouve une des seules lectures de "gauche" qui ne soit pas rétrograde mais réellemnent progressiste. Maintenant, quelle que soit ta décision, laisse nous savoir ou on peut continuer à te lire. Online de préférence, dans mon cas.

    bonne continuation !

  • Je savais bien que vous auriez du prendre des vacances : comme tout le monde, arrêter de blogger pendant l’été, plonger dans quelques livres jubilatoires, et nous revenir en forme en septembre avec plein de bonnes choses ... Ttsssss

    • je ne commente que très peu, parfois un lien ou un complément d’information, sous des pseudo divers.
      Vos argumentations sont élaborées, subtiles ( même les coups de gueules), je partage l’essentiel du contenu de vos billets, et votre très belle écriture place la barre assez haut ; en ce qui me concerne je considère donc que ça ne vaut pas la peine (le temps...) de réagir correctement sur les quelques passages des quelques billets sur lesquels je n’étais pas d’accord... Ceci pour dire que se baser sur le nombre de commentaires n’est peut-être pas la meilleure idée sur un blog "haut de gamme" comme le vôtre.

      Mieux connaitre votre lectorat ? Spip ne permet pas de mettre en place un sondage sur les habitudes de lecture de vos visiteurs ? Avez-vous une idée du nombre de visiteurs qui vous lisent en RSS ?

  • Je fais partie de ces lecteurs qui n’ont pas pour habitude de laisser un commentaire et qui semblent constituer le gros de la troupe si les statistiques de visites sont fiables. Mais cette fois, pas question de me taire. François, fais ce que tu veux, change de format, d’adresse, de couleurs, ... mais surtout, n’arrête pas tes analyses percutantes. Tu t’inquiètes de la compatibilité de tes coups de gueule à chaud et de ton statut de journaliste. Tant que ces deux écritures se font distinctement, où est le problème ? Même journaliste, tu restes un citoyen comme les autres (et je ne veux pas dire par là que tu penses comme tout le monde :-). Par ailleurs, le côté "à chaud" de ton blog est important : on nous matraque des infos au pas de charge sans nous laisser le temps de les digérer. Lire ton blog, c’est un peu comme si quelqu’un appuyait sur pause une fois de temps en temps au milieu du flux continu.

    Alors un peu d’altruisme, François, pense à tes lecteurs qui vivent la lecture de ton blog comme une bouffée d’air frais et de vraie réflexion dans une société qui réfléchit de moins en moins.

  • Salut François,

    je ne suis pas certain que le nombre des commentaires reflète fidèlement l’assiduité dans la fréquentation des bulles. D’ailleurs, dans l’absolu, faut-il s’en inquiéter pour des carnets qui se veulent cathartiques ?

    En ce qui me concerne, vivant loin de la Belgique, les bulles sont mon principal (pas le seul, mais le principal) point de rattachement à une information politique et sociale critique, ma courroie de transmission intelligente avec un pays que j’ai quitté mais dont je continue à me sentir proche. Ce serait donc avec beaucoup de tristesse que je verrais les bulles disparaître.

    Bien entendu, ce souhait à quelque chose d’égoïste au sens où je ne suis qu’un utilisateur du site et non contributeur (à l’exception d’un poste idiot sur un type encore plus idiot qui parle de Francorchamp). En parlant de ça, quel autre support d’info et d’analyse a pu synthétiser aussi bien que toi la connerie monumentale de ce grand prix ? Qui d’autre, en fait ?

    Qui, plus fondamentalement, est capable d’afficher avec aussi peu de réserve convenue ses doutes et ses convictions, de façon concomitante ?

    S’il faut un nouvel avatar de ce blog pour que cela continue, vas-y.

  • Non, Jef, t’es pas tout seul !

    La lutte continue ! Alors, ton blog aussi, non ?

  • Bien vu. Un peu moins de quantité, 50 thèmes c’est beaucoup. La qualité d’analyse y gagnera automatiquement.
    Un compte rendu de tes lectures mais pas trop long, ou alors un résumé puis la version longue.
    Comme Harvard Business review. As tu déjà lu cette revue ?
    Note qu’on pourrait faire le même article sur l’université de Liège que Dunezat, mais c’est un peu prématuré.

  • Moi je lis assidûment ce blog (bon, pas trop ces derniers temps je le confesse), mais je ne le commente presque jamais. La flemme, sans doute :p
    Donc moi je crois en les statistiques ^^

    Sinon, un mot sur le changement du posture qu’impliquerait selon toi le passage au journalisme : Si le rapport aux faits (et aux sources) n’est certes pas le même entre le blogueur et le journaliste, il ne me paraît pas évident que le journaliste doive être forcément plus réservé (ni le blogueur moins soucieux d’établir la réalité des évènements qu’il commente)... Surtout dans une presse d’opinion comme la revue Politique.

    Et quand bien même tu aurais raison à ce sujet, il ne me semble pas incohérent de maintenir un blog avec un ton différent (plus "libre", plus féroce) de celui employé dans tes articles rémunérés...

    En tout cas moi je vote que tu continues Des Bulles, tudieu !
    ...
    Tu vas pas jouer ton Mehmet Koksal :S

    Xime
    http://eigenblogeerst.blogspot.com