Les archives des Bulles

À Verviers, la propagande de ForumInvest

vendredi 19 octobre 2007

La société ForumInvest est bien connue pour être un requin sans foi ni loi saccageant les unes après les autres les villes de Wallonie et d’Europe en y construisant force centres commerciaux inutiles et mal conçus, détruisant le commerce local ; généralement avec l’appui de pouvoirs locaux diversement intéressés ou soumis au chantage à la localisation (« si vous ne nous accueillez pas, on ira dans la commune voisine et vous perdrez tout »). Ce n’est pas moi qui le dit, mais l’hebdomadaire Le Vif qui a dépeint il y a quelques mois un portrait au vitriol de cette société d’origine hollandaise.

À Verviers, il est sérieusement question de construire un centre commercial particulièrement contestable [1], qui recouvrira la Vesdre et détruira une bonne partie du centre-ville verviétois. Ce projet est soutenu par le bourgmestre en place, Claude Desama (PS) et le désaccord sur cette question a fait sauter la précédente majorité communale, qui réunissait le PS et le CDH. Ce dernier parti, trop réticent à laisser faire n’importe quoi, s’est vu renvoyé dans l’opposition au profit du MR, moins sourcilleux et de toute façon prêt à tout avaler pour rentrer dans la majorité (un peu comme dans les négociations fédérales actuelles).

À la mesure du caractère contestable de ce projet (destruction de la rivière, remplacement du commerce local par des chaînes multinationales, privatisation de l’espace public) est la propagande actuellement déployée par les promoteurs de ForumInvest. Ils en sont maintenant à publier très régulièrement dans les pages de certains quotidiens (Le Jour, Le Soir, La Meuse, peut-être d’autres), un énorme encart publicitaire, dont voici une copie (cliquez pour agrandir).

JPEG - 682.9 ko

Passons sur la manipulation de l’information, sur les graphismes très créatifs et « artistiquement » distanciés de la réalité du projet (qui ne sont d’ailleurs pas sans rappeler ceux de Wilhelm & Co à Louvain-la-Neuve dont il avait été question ici) ; passons sur la communication très biaisée qui profile le promoteur comme défenseur de la rivière alors qu’il s’apprête à la saccager et à laisser un chancre ingérable dans 20 ou 30 ans.

Et posons simplement une question : à quoi sert cette publicité ? Il y a deux possibilités. 1. Influencer l’opinion et/ou les décideurs politiques ; dans ce cas, on ne peut que s’étonner de la disproportion de moyens qui empêche de fait tout débat, les contestataires étant ensevelis sous la communication du promoteur. 2. Acheter la presse ; on peut supposer qu’en payant ces publicités, le promoteur cherche à influencer les journaux et à modérer la plume des journalistes qui pourraient se montrer critiques à son égard. J’ai trop de considération pour ces derniers pour imaginer qu’ils puissent se laisser acheter de cette manière. Je suppose que, par contre, les gestionnaires financiers du journal risquent d’être plus sensibles à des tels arguments. Toute la question est de savoir dans quelle mesure l’indépendance des rédactions est garantie dans les diverses publications concernées.

Dans tous les cas, cette propagande souligne le caractère déloyal du promoteur, qui ne laisse pas la possibilité au débat public d’avoir lieu. Par là-même, elle souligne aussi le caractère très discutable du projet, qui, s’il était bon, n’aurait certainement pas besoin de cette offensive marketing pour être approuvé. CQFD.

Notes

[1Voir le site des opposants au projet, très bien documenté, notamment en ce qui concerne la propagande menée par les autorités communales et le promoteur pour soutenir ce projet.