Les archives des Bulles

Anne Demelenne & Mateo Alaluf

samedi 27 octobre 2007

Au café syndical du CPCR, ce vendredi, à Liège, étaient invités Anne Demelenne, secrétaire générale de la FGTB, et Mateo Alaluf, professeur de sociologie à l’ULB. Le thème du jour : l’Orange bleue. J’ai enregistré leurs deux interventions respectives ainsi que le débat qui a suivi.

L’intervention d’Anne Demelenne (19’21) :

MP3 - 8.9 Mo

L’intervention de Mateo Alaluf (9’38) :

MP3 - 4.4 Mo

Et, pour ceux qui ont du temps, le débat (1h45). La qualité sonore n’est pas terrible (j’ai dû pas mal pousser le son pour que tout soit audible) mais on entend tout.

MP3 - 48.1 Mo

Vous noterez que j’ai fait une intervention sur le déficit de réflexion dans les milieux syndicaux au sujet de l’aménagement du territoire. En substance, je faisais le constat que les syndicats — FGTB comme CSC, soit dit en passant — apportent aujourd’hui encore leur caution voire leur soutien à des politiques irresponsables sur le plan écologique : construction d’autoroutes, mise en zonings d’activités qui ne le justifient pas, etc ; de manière générale : dispersion du bâti et accroissement de la dépendance au pétrole. Je constatais que cette politique est nuisible aux services publics (qui ont beaucoup plus de difficultés à s’implanter dans un territoire organisé de façon anarchique que dans un milieu urbain dense ou dans un milieu rural organisé en villages) mais augure aussi d’une précarisation considérable de ceux qui ne pourront plus payer d’ici 5, 10 ou 15 ans le prix que coûtera le pétrole. Accessoirement, je faisais remarquer qu’il y a un choix à faire — en raison du caractère limité des quotas CO2 — entre le développement exponentiel du trafic routier et la survie de l’activité économique, particulièrement en ce qui concerne le Haut-fourneau 6 à Seraing.

Le modérateur du débat a toutefois considéré que ma question était hors-sujet et devrait être posée lors d’un prochain débat prévu sur la question du redéploiement de la région liégeoise. Je n’ai pas besoin de vous dire ce que je pense de ce genre de cadenassage du débat pour que vous le deviniez. Mais je reviendrai à cette question de l’aménagement du territoire ultérieurement.