Les archives des Bulles

La France, terre d’asile

dimanche 6 avril 2008

Avez-vous remarqué qu’en même temps que la procédure d’extradition de Cesare Battisti est en passe d’aboutir, avec la bénédiction des autorités françaises, le président Sarkozy déclare que la France prête à accueillir des militants des Farc ... si Ingrid Bettancourt est libérée, bien entendu.

Pour rappel, Cesare Battisti est donc cet ancien militant d’extrême-gauche italien, accusé, dans les années de plomb, de meutres dont il se dit innocent et pour lesquels il a été condamné, dans des conditions extrêmement discutables, à la réclusion à perpétuité. François Mitterrand lui avait accordé l’asile, moyennant certains conditions, dans un geste qui force encore le respect. Quinze ans plus tard, les droites italiennes et françaises — dont la rancune est tenace — ont cherché à l’extrader pour lui faire purger sa peine en Italie. Il a alors pris la fuite au Brésil, où il est aujourd’hui emprisonné, avant une très probable extradition vers l’Italie.

Voilà une nouvelle fois les contradictions de M. Sarkozy mises en lumière par un caprice de l’histoire qui — en plus de charrier bien des souffrances humaines — ne manque pas d’ironie.