Les archives des Bulles

Ralliement historique du Groland à Liège 2015

dimanche 19 octobre 2008

De toute évidence, le projet de défendre Liège comme capitale européenne de la culture en 2015 est un peu fou. De toute évidence aussi, la voie étroite que nous empruntons — celle de la consultation populaire d’initiative citoyenne et de la collecte des 19.000 signatures nécessaires à son organisation — représente un danger de se perdre sous l’amas de papier alors qu’il serait préférable que les équipes de bénévoles du collectif « Liège 2015 » planchent sur le projet à construire, organisent des débats, soient dans l’échange plus que dans la compulsion.

Et pourtant... Jour après jour, n’en déplaise aux quelques grincheux qui ne voient pas que cette candidature est surtout un dispositif démocratique remarquablement efficace, j’ai la faiblesse de penser que cette initiative produit des effets intéressants, ouvre des espaces de parole. Entre autres choses, la nouvelle union nautique, créée dans le sillage du projet, organise pour le moment un cycle de conférences sur l’art contemporain. Dans le même élan, Ecolo vient de lancer un cycle de rencontres sur la culture. D’autres choses se préparent.

Cette nuit était organisée une toute grosse soirée à la Grand’Poste, sous l’égide du projet, avec le soutien de quelque-uns des meilleurs groupes de musique (Superlux, Sonar, Compuphonic, Colonel Bastard) de la ville, de quelques collectifs de designers (Chokuegambo, Mocka) et de Jaune Orange, Empreintes digitales et Legendz (voire le reportage de RTC ou l’article du Soir). Vers minuit, on a assisté au ralliement de la présipauté indépendant du Groland à Liège 2015, dont voici le duplex établi hier soir vers minuit :

Tout cela devrait je l’espère, permettre à la majorité communale de sortir de l’impasse dans laquelle elle s’est tristement engagée. Il n’y a pas de honte à parfois reconnaître qu’on s’est trompé. Car il apparaît clairement qu’une candidature liégeoise est jouable : ainsi qu’en atteste la ministre de la culture au parlement, le dossier qui doit être remis le 1er mars est une pré-candidature, dont l’enjeu est plus la détermination des acteurs à construire quelque chose que la finalisation du projet. Après cette date, il restera en effet, pour affiner le projet, un an et demi avant la sélection définitive.

Quoi qu’il en soit, rendez-vous à tous lundi à 18h30 à l’hôtel de ville... Il pourrait s’y passer des choses importantes.