Les archives des Bulles

Charles Janssens donne une chance au débat

jeudi 10 janvier 2008, par François Schreuer

Le bourgmestre de Soumagne (photo), Charles Janssens signait dans Le Soir de mercredi une « carte blanche » en faveur de la liaison autoroutière « Cerexhe-Heuseux / Beaufays » (CHB), qu’il est — ainsi que le savent les lecteurs de ces pages — question de construire à l’Est de Liège. Le fait est intéressant car M. Janssens passe généralement pour être l’un des proches soutiens du ministre de l’équipement, M. Daerden dont on peut supposer qu’il ressent à présent la nécessité de défendre activement le projet CHB (menacé de toutes parts, et notamment, il y a quelques jours, par un rapport de la cour de Compte portant sur la gestion calamiteuse du réseau routier wallon, ainsi que le souligne Pierre Castelain).

Quoi qu’il en soit, lire — enfin — un défenseur de « CHB » s’exprimer autrement que par quelques slogans sybillins — ainsi qu’on a malheureusement eu tendance à s’y habituer ces dernières années — est indéniablement une avancée. Nous aurions tort de mépriser cette ouverture au débat. Et la première chose à faire est de remercier M. Janssens pour cette prise de parole. Reste à poursuivre cette belle initiative en tenant un débat public sur la mobilité à Liège. Il est hautement regrettable que les médias locaux ne soient pas, semble-t-il, capables d’organiser ce débat qui aurait déjà dû avoir lieu depuis longtemps (un simple exemple : la chaîne de télévision locale RTC a ainsi renoncé purement et simplement à organiser des débats). En attendant, nous continuerons à utiliser les espaces ouverts dans les médias nationaux.

Qu’il me soit permis, en attendant, d’attirer l’attention de M. Janssens sur quelques points de son argumentaire qui me semblent fragiles ou contestables.

— Il est d’abord intéressant de constater que M. Janssens renonce à contester le bien-fondé à long terme de notre position. Mieux, après avoir fait la liste de quelques uns de nos soutiens prestigieux et de certains de nos arguments (ce qui est, je trouve, une manière curieuse de nous contester), il s’y rallie, se faisant notamment avec nous le défenseur du retour du tram à Liège. Je ne résiste pas au plaisir de citer ici un extrait du texte du mayeur soumagnard, qui, parlant des opposants, déclare :

Si l’on se place dans une perspective à moyen ou long terme, ils ont incontestablement raison. Qui, en effet, ne se préoccupe du réchauffement climatique ? Qui ne souhaite une société où les véhicules automobiles ne seraient plus rois ? Qui ne voudrait jouir de moyens de transport collectifs propres, nombreux et à bon marché (voire gratuits) ? Je partage tout comme eux le désir de voir un jour un tram relier le nord et le sud, l’est et l’ouest de l’agglomération liégeoise ; je rêve de voir, comme en Suisse, nos autoroutes, grâce au ferroutage, libres de camions ; la Meuse couverte de péniches ; nos lignes de chemin de fer « saturées » par les trains de voyageurs et par le fret. Dire le contraire serait sot et irresponsable, je m’en garderai.

Le ton est donné. Selon ses propres mots, seul le « court terme » peut, aux yeux de M. Janssens, justifier la construction de l’autoroute CHB. Parlant d’une infrastructure destinée à servir pendant plusieurs dizaines d’années au bas mot, vous reconnaîtrez que la ligne est audacieuse.

— Pour autant, l’audace a des limites et certains vieux réflexes ont la peau dure. Et Charles Janssens d’en appeler « aux habitants de Soumagne, de Trooz, de Chaudfontaine, d’Embourg, de Grâce-Hollogne, etc. » qui seraient selon lui les parents pauvres d’un projet de redéploiement des transports en commun à Liège. Outre que ce point de vue est factuellement contestable (dans la mesure où c’est d’une réorganisation complète du réseau qu’il est question, dont la desserte de certains axes par un tram n’est que l’aspect le plus visible), je crains de percevoir ici une tentative démogogique de jouer du sous-localisme comme moyen de pression — vieille tactique s’il en est, efficace sans doute, mais conduisant dramatiquement à l’immobilisme le plus complet.

Mais surtout, la position de M. Janssens annonce que le conflit attendu entre urbains et rurbains est en train de prendre corps, ainsi qu’en atteste cette déclaration (qui, soit dit en passant, confirme à demi mot une chose qu’on savait déjà : la ville de Liège a tout à perdre de la construction de CHB) :

On parle souvent des Liégeois (au sens d’habitants de la ville de Liège) mais les habitants des autres communes ne méritent-ils pas que l’on prenne aussi en compte leurs préoccupations quotidiennes ? Je suis convaincu qu’eux aussi ont leur mot à dire sur cette liaison.

Ceci est dans une certains mesure inévitable : les rurbains des classes moyenns et supérieures qui navettent en voiture pourrissent objectivement la vie des habitants de la ville (nuisances de toutes sortes liées à l’usage abusif de la voiture, concurrence fiscale,...). Mais l’augmentation du prix du pétrole est en train de fragiliser leur confort. On le voit : trouver des solutions collectives de mobilité susceptibles de permettre la gestion de l’énorme passif qui est le nôtre en matière d’aménagement du territoire (dispersion énorme du bâti, mitage du territoire,...) est absolument indispensable. Car le potentiel dévastateur serait énorme d’un conflit ouvert entre un centre appauvri (mais suffisamment dense que pour privilégier massivement les transports en commun) et une périphérie riche réclamant le maintien de son privilège automobile anachronique.

Il est sain, dans une certaine mesure, que M. Janssens dise ouvertement ce qu’il dit à ce sujet. Il importe maintenant de montrer combien la dialectique qu’il propose est dangereuse pour l’avenir.

— Il est enfin intéressant de constater que M. Janssens néglige scrupuleusement de répondre au principal problème pratique que pose le projet « CHB » — lequel ne manque d’ailleurs pas de pertinence dans la perspective de concilier court et long terme —, qu’est-il possible de faire avec les moyens disponibles ? Les opposants à CHB affirmons avec constance qu’il n’est budgétairement pas possible de réaliser à court ou moyen terme à la fois un tram liégeois (500 millions d’euros au bas mot) et l’autoroute CHB (400 millions HTVA à l’heure actuelle). Tant qu’à présent, nous n’avons pas été démentis. Les hypothèses « européennes » ont fait long feu. Et chacun sait que les capacités d’investissement régionales sont limitées. Comment faire, alors, pour répondre comme M. Janssens « Oui au tram et oui à l’autoroute » ? En bon gestionnaire public, on attendrait de lui une explication sur la manière dont il entend financer ces deux projets. En lieu et place, le mayeur soumagnard se contente d’une pirouette rhétorique : « L’aspect budgétaire ne me semble même pas un problème, on l’a assez dit. », assène-t-il, ce qui est un peu léger.

Cela l’est d’autant plus qu’il est probablement urgent de réaliser une série d’investissements qui nous permettront de négocier sans trop de casse la transition énergétique à laquelle notre société est condamnée en raison de l’épuisement des ressources pétrolières de la planète. Loin de « concilier » présent et avenir, M. Janssens semble au contraire tristement tourné vers le passé.

Illustration : Picasa

16 Messages de forum

  • Charles Janssens donne une chance au débat 10 janvier 2008 17:44, par glis

    Personnellement, je suis d’accord avec monsieur Janssens. Le problème de l’engorgement de la E40 doit être traité. Et ce n’est certainement pas une réorganisation complète du réseau de transports en commun de Liège qui y changera quelque chose.

    Il termine par une note qui est très juste. Il n’existe personne à Liège qui dispose d’une position modérée. Et il n’existe aucune étude de qualité, aucun groupe d’experts qui permettraient de déterminer les actions à prendre pour les vingt prochaines années.

    Pauvres de nous, les Liègeois passent leur temps à admirer la plus laide et plus mal foutue gare d’Europe aux Guillemins tandis qu’ils ne savent pas que pour 32 euros par mois, ils ont accès à 16 gares SNCB et l’ensemble du réseau TEC de l’agglomération avec des connexions très denses et des véhicules trop souvent bien vides.

    • Charles Janssens donne une chance au débat 10 janvier 2008 22:37, par Pierre Fauconnier

      Bonsoir

      Je ne suis pas convaincu que CHB résoudra d’une quelconque façon l’engorgement de la E40 ou des tunnels de Cointe. J’ai plutôt le sentiment (conviction ?) que "la voiture appelle la voiture".

      Souvent, en me déplaçant seul en voiture (je suis indépendant...), je me prends à rêver d’une autre mobilité... mais laquelle ? Lorsque je vais au Sart-Tilman, depuis Theux, les transports en commun ne me permettent pas d’être "rentable" (2h30 A/R dont 3km à pied avec malette et portable, en laissant ma voiture à la gare de Theux, sinon, 3h30 et 5km à pied en plus !, contre 1h A/R en voiture de porte à porte)... et aucune solution réelle à la voiture ne m’est proposée.

      Pour désengorger la E40, il faut d’abord, me semble-t’il, une volonté politique d’amorcer les changements. Il me semble que plusieurs pistes pourraient être étudiées, voire exploitées :
      — Améliorer l’offre des transports en commun, tant en fiabilité qu’en fréquence et qu’en zones desservies.
      — Arrêter de courir après la "flexibilité" des travailleurs, qui empêche ou freine le covoiturage
      — favoriser le transport multimodal, et particulièrement le ferroutage, sans oublier les énormes investissments de Strépy - Thieu et les voies maritimes...

      Il y en a sûrement d’autres.

      Quant à des budgets "partagés", je sens l’arnaque d’ici (et je suis enrhubé ;-) ) On nous créera l’autoroute (ma main à couper que les budgets seront largement dépassés, comme à Strépy - Thieu...) et après, "on" nous dira, la main sur le coeur ..."Snif, il n’y a plus d’argent..."

      Bonne réflexion, et merci du partage...

    • Charles Janssens donne une chance au débat 11 janvier 2008 22:44, par R. RATZ

      >> "(..) Et ce n’est certainement pas une réorganisation complète du réseau de transports en commun de Liège qui y changera quelque chose."

      A long terme, c’est quand même bien le but : amener un maximum de gens à se passer autant que possible de la voiture. Dire "oui d’accord mais pas maintenant parce qu’il y a urgence", c’est refuser de s’attaquer réellement au problème (voire l’aggraver : cf effet d’appel des autoroutes, impact budgétaire, etc.)

      >> "Et il n’existe aucune étude de qualité, aucun groupe d’experts qui permettraient de déterminer les actions à prendre pour les vingt prochaines années."

      Je ne suis pas expert, mais c’est fou le nombre d’études qu’on m’a citées, au contraire ! Mais des études sans objectif clair ni réelle volonté politique restent lettre morte.

      >> "les Liègeois (...) ont accès à 16 gares SNCB et l’ensemble du réseau TEC de l’agglomération avec des connexions très denses et des véhicules trop souvent bien vides."

      Encore faut-il (bien) désservir ces gares... Exemples : aucun bus ne passe à Jonfosse pour faire le lien avec le boulevard et la rue St-Gilles ; il n’y a aucun lien souterrain direct entre la gare des bus place St-Lambert et la gare du Palais : vous trouvez ça normal ?
      Quant aux véhicules vides, si vous parlez des TEC, on ne doit pas fréquenter les mêmes lignes !

      Bien à vous,

      un peut-être bientôt "cycliste-navetteur"

  • Quel projet politique pour Charles Janssens ? 10 janvier 2008 18:15, par Frédéric Falisse

    Très bonne analyse de la carte blanche du bourgmestre de Soumagne, dont il faut saluer l’initiative de s’engager dans le débat.

    On constate en effet que les tenants du projet CHB montent au créneau : Charles Janssens hier, après M Grafé et M Voisin, des quais de la Dérivation, autres défenseurs de CHB sur d’autres tons.

    L’argument budgétaire est de poids dans un débat où il s’agirait de choisir entre deux options valables. Mais ne tombons pas dans le piège des amalgames, qui tâchent de réconcilier le présent et l’avenir, l’autoroute et le tram, les urbains et les « ruraux »...

    Le projet CHB est fondamentalement contestable, avec ou sans tram, et même avec de l’argent qu’il ne serait pas justifié de lui consacrer. Les effets de CHB sur la mobilité sont délibérément surévalués, ses effets sur l’environnement sont désastreux, son opportunité est totalement à remettre en question face aux enjeux climatiques.

    Il y a urgence à prendre en charge ce qui est présenté comme un défi sans précédent pour l’humanité, le défi climatique. Il est vrai, comme l’écrit M Janssens, que nous n’allons pas tous facilement pouvoir nous passer de nos voitures. Mais s’il n’y a pas de volonté politique pour nous amener à ce qui sera — que nous le voulions ou non — une vraie révolution culturelle, nous risquons effectivement de voir nos concitoyens continuer à faire durer le « système », avec tous les expédients possibles. Et perdre l’avance qu’il y a moyen de prendre dès aujourd’hui, en nous positionnant avec notre région, notre pays, dans des domaines d’avenir. En fait, une aubaine à ne pas manquer pour notre région wallonne, pour rattraper son retard.

  • Tout compte fait je suis pour CHB 10 janvier 2008 18:20, par Pierre Robette

    Si un bourgmestre proche du ministre de l’équipement nous dit qu’on peut avoir les deux ? On m’excusera peut être d’exprimer un point de vue strictement individualiste pour une fois mais depuis une semaine habitant Liège sud je travaille à Verviers. Alors je suis preneur de CHB. Mais je n’ai pas l’impression que je suis le seul intéressé au vu de mes infortunés collègues automobilistes qui étaient dans le fossé ce matin sur les routes secondaires.

    • CHB, la solution contre le verglas ? Haaa - On n’y avait pas encore songé... Heureusement que les argumentations ridicules ne tuent pas ! Bon courage avec le verglas, Monsieur, vous avez toute ma sympathie.
      MR, Soumagne

    • Liège-Verviers 10 janvier 2008 21:22, par François Schreuer

      Si un bourgmestre proche du ministre de l’équipement nous dit qu’on peut avoir les deux ?

      Ce serait bien s’il nous disait aussi comment il compte financer ces deux projets, non ?

      On m’excusera peut être d’exprimer un point de vue strictement individualiste pour une fois mais depuis une semaine habitant Liège sud je travaille à Verviers.

      Tu sais, Liège-Verviers, c’est un trajet qui est plus rapide en train qu’en voiture (de centre à centre). Il faudrait sans doute encore améliorer les choses (par exemple avec une connexion plus rapide qu’actuellement entre Angleur et Verviers, avec un parking relai à Angleur). Mais il me semble que si tu ne travailles pas trop loin d’une gare, c’est franchement avantageux de prendre le train.

      François

      • Liège-Verviers 11 janvier 2008 21:27, par Pierre Robette

        De porte à porte en voiture par la route : 23 min.
        A pied+bus+train : 1h50 (site web SNCB, je n’ai pas expérimenté). Je n’irai pas plus vite avec CHB mais j’ai l’impression que c’est nettement moins dangereux et pas à cause du verglas évidemment ;-) Route et passages piétons non éclairés, trafic camions important, nombreuses priorités, chicanes. C’est la N666, elle porte bien son numéro celle-là.

        • Liège-Verviers 12 janvier 2008 01:16, par François Schreuer

          Mmh, pour avoir un temps de parcours aussi long, tu dois habiter dans la campagne. N’est-il pas possible de combiner la voiture (pour rejoindre un grand axe de transports en commun, par exemple la gare d’Angleur) et le train ?

          Sinon, si les routes actuelles sont dangereuses, pourquoi ne pas les entretenir correctement (ce que la RW éprouve de très grandes difficultés à faire) et y réaliser les aménagements nécessaires (ce que la RW éprouve d’encore plus grandes difficultés à faire) plutôt que d’en construire de nouvelles. Ne serait-ce plus rationnel ?

          • Liège-Verviers 12 janvier 2008 10:19, par Pierre Robette

            Ma famille habite toujours Outremeuse depuis plus d’un siècle. C’est vrai, je me suis "exilé" récemment à la "campagne", principalement pour raisons familiales à cause de l’urbanisme du centre, de l’immigration et de l’insécurité. Je regrette d’avoir du le faire mais mes enfant n’attendront pas 20 ans que ca s’améliore pour grandir.

            Concernant l’état des routes, bien sur on aimerait le voir amélioré. Maintenant qu’il y ait 2000 km d’autoroutes en Belgique ou 2025, ca ne change pas grand chose au budget d’entretien ? Il faut voir aussi les travaux d’infrastructure autoroutière en cours en Allemagne. Eux qui ont pourtant une tradition écologique forte, ca bétonne pas mal !

            • Liège-Verviers 21 février 2008 13:20, par André Marie

              Mais l’argent qui va être utilisé pour construire l’autoroute pourrait être utilisé pour entretenir les routes existantes !

  • As-tu lu la réponse la réponse parue dans le courrier des lecteurs du Soir du lendemain ? :-)

  • Charles Janssens donne une chance au débat 11 janvier 2008 23:13, par Alain Mairesse

    Tout est dit dans ce texte remarquable de François ! Il n’est peut-être pas trop tard pour que le débat auquel François fait référence. Les locales écolo du plateau (Fléron, Chaudfontaine, Soumagne, Trooz, Sprimont...) ont essayé depuis des années de provoquer ce débat de fond dans les conseils communaux mais à l’époque (2004-200§), les majorités en place ont tout fait pour l’éviter. Parallèlement, Ecolo se battait pour l’émergence d’une "communauté urbaine" insistant sur le fait que ce serait le seul lieu légitime pour un débat sur la mobilité et l’aménagement du territoire en région liégeoise...
    Nous y sommes ! y sommes-nous vraiment ? Ce débat indispensable aura-t-il lieu, où et comment ?
    Alain Mairesse

  • Cinq millions de voitures 12 janvier 2008 09:46, par Pierre Robette

    Il y a parait-il 5 millions de voitures en Belgique. Question : si on les place parechocs contre parechocs ca fait une file de combien de km ? Hé bien les amis, 5 millions multiplié par 4 mètres ca fait.... 20 mille kilomètres ! Soit une file du pôle nord au pôle sud rien qu’avec les voitures belges !

    On n’a pas un peu exagéré avec les bagnoles ?

    Le centième post

  • Bientôt une gare Liège-Casino ? ;-)) 12 janvier 2008 20:57, par R. RATZ

    En parlant des bourgmestres de l’agglomération, un article dans Le Soir de ce 12/1/08 explique que celui de Chaudfontaine, M. Bacquelaine, soutient à fond un nouveau projet d’extension du casino local. Il serait d’autant plus pertinent que le projet de méga-giga-casino à l’ancienne Grand-Poste de Liège serait mort et enterré, laissant à Chaudfontaine le statut de "casino de la communauté urbaine". Le bourgmestre s’inquiète toutefois de l’accessibilité et imagine un déplacement du casino à proximité d’une future bretelle de l’autoroute CHB ; mais l’exploitant envisagerait plutôt de reconstruire le casino sur le même site.

    Or, que trouve-t-on à 50m de l’entrée du casino ? Un magnifique escalier d’accès vers la jolie gare restaurée en centre culturel. La classe, quoi !

    Il ne reste plus qu’à restaurer l’arrêt des trains et remplacer les vieilles automotrices par des modèles grand luxe (pas un problème une fois les budgets de feu CHB disponibles...), et voici le problème de mobilité magistralement résolu, avec des hordes de riches Allemands déferlant depuis Aachen.

    Alors, M. Bacquelaine, heureux ?