Les archives des Bulles

Si le ministre André Antoine signe le permis de CHB...

jeudi 20 décembre 2007, par François Schreuer

Quelques paysages qui disparaitront si le ministre wallon signe le permis d’urbanisme pour la construction de l’autoroute Cerexhe-Heuseux/Beaufays.... ce qu’il pourrait faire dès aujourd’hui selon certaines sources.

(cliquez pour agrandir)

JPEG - 416.1 ko
JPEG - 324.5 ko
JPEG - 374.1 ko
JPEG - 366.2 ko
JPEG - 313 ko

Mise à jour, le 21 décembre : Le permis n’est toujours pas signé :)

Messages

  • Comme quoi on peut faire de belles photos même avec des sites déjà lourdement pollués par l’homme. Si je ne me trompe pas la première photo c’est la lande calaminaire de Trooz, polluée par le zinc et le cadmium. Les suivantes montrent bien la déforestation pour l’agriculture. Il n’y a que la dernière qui ressemblerait à la forêt originale et encore si on n’y a pas planté des épicéas.

  • Et moi mon mal de tête commence...

    Il est midi, l’indicateur de qualité de l’air varie de mauvais à très mauvais à exécrable à cause des particules fines.
    (Indice de la qualité de l’air actuel)

    Je ne suis pas sorti de la maison (Liège-4000) que pour aller conduire le fiston à l’école en voiture (d’habitude c’est à vélo, mais vu la pollution annoncée,..) et ça commence...

    Dans une heure j’aurai une vraie barre au milieu du front. A partir de 15-17 heures je sais déjà que je serai dans l’incapacité de travailler (je travaille depuis chez moi), aspirine ou pas.

    Merci les bagnoles.

  • Vous l’imaginez ce paysage, noyé dans les brumes de ce 20 décembre, avec sur chaque brindille un peu de givre que le soleil, peut-être, viendra faire scintiller ???

    Non, je n’ai pas mal au coeur.
    J’ai en moi une rage grandissante envers ces politiciens.

    Sourds.
    Aveugles.
    Imprévoyants.

    Sourds aux arguments pertinents de ces citoyens qui, eux, voient plus loin que le bout de leur nez.
    Ignorant complètement les conséquences de leurs choix.
    Ravis de nous emmener droit dans le mur !
    Et le plus vite sera le mieux...

  • En guise de compensation et afin de rencontrer les recommandations européennes, le Ministre du Developpement du Territoire Wallon a prévu, le placement - tous les 100 m le long du projet routier - de détecteurs de CO !

  • Cela prouvera que SA politique environnementale (beaucoup d’éoliennes à Perwez...) n’est pas crédible.
    Plus de voitures, plus de CO2...

  • Pendant que certains vieux Wallons veulent une autoroute,
    un Bruxellois veut adapter sa ville au pétrole cher et supprimer le viaduc Hermann-Debroux :

    Anticiper les pics du pétrole et du gaz

    • Ce n’est pas un Bruxellois mais tous les groupes démocratiques francophones et néerlandophones du parlement bruxellois qui ont eu l’intelligence collective (si, si, ça nous arrive aussi dans les parlements) d’écouter ce que nous disaient certains experts et citoyens. Cette résolution n’émane pas d’un groupe politique mais a été élaborée au sein d’un groupe interparlementaire (parlementaires de tous partis et de tous parlements) lancé à l’initiative de l’asbl Respire à qui revient le réel mérite (et le travail de rédaction) de cette proposition.

      Céline Delforge,
      Députée bruxelloise
      Signataire de la proposition de résolution "pic du pétrole et du gaz"

    • Oufti, ça fait plaisir à lire...

      Mais dites, ici à Liège, on a un vieux ministre des Travaux Publics qui vient de s’épancher dans la presse sur CHB...
      Pourriez-pas l’appeler pour lui expliquer le Peak Oil et tout ça ?
      Voilà son numéro : 04/222.37.50
      Merci.

    • Y a une autre solution. On lui fait croire que les voitures fonctionnent à la pils et au gros rouge et qu’on va avoir un peak beer.
      Vous allez voir, en 5 minutes la politque de la région wallone en matière de mobilité va changer radicalement.

  • A l’Administration des Routes, on répète les erreurs du passé. Le lobby de l’ex-Ministère des Travaux Publics est encore puissant et très influent à la Région wallonne.

    Dès qu’un plan du secteur comporte la moindre indication d’un "tracé de projet routier", c’est foutu. La machine administrative ce met ... en route.
    Pour les techniciens de l’administration de Routes, c’est quasiment un feu vert pour sa réalisation (même si le projet peut parfois dormir de nombreuses années dans les tiroirs).
    Incidences sur l’environnement et permis d’urbanisme ne sont que de simples formalités administratives, des incidents parcours.

    L’intérêt économique passe avant tout !

    Un petit rappel historique i c i.

    • J’aime beaucoup cette image et le petit tableau qu’on y trouve.

      Le gain sur les longs trajets est vraiment impresionnant. A se demander comment on peut être contre ce projet.

    • C’est la rhétorique éculée du « chaînon manquant ».

      Vous trouverez toujours de nouveaux chaînons manquants à réaliser. Une fois que l’autoroute CHB sera faite (enfin, si elle se fait), vous ferez Beaufays-Boncelles, puis Sprimont-Polleur, puis Saint-Georges-Remicourt, puis d’autres encore. Et chaque fois vous pourrez fournir un petit tableau montrant des gains de temps en kilomètres ou en temps sur tel ou tel parcours. Et il se trouvera toujours des gens pour vouloir une autoroute entre tel et tel bled, parce qu’ils y gagneront trois minutes.

      C’est un processus sans fin. Il y a un moment où il faut dire halte à la fuite en avant, où il faut acter que, pour le pays disposant du réseau autoroutier le plus dense au monde, la priorité n’est pas de construire encore de nouvelles autoroutes, où il faut prendre conscience du coût de tout cela, où il faut songer un peu à l’avenir.

    • c’est surtout incroyablement fallacieux, alors que le trafic est local à 97%, d’afficher un tel tableau....
      Et 97% local, veut sans doute dire aussi provincial à 98% ou 98.5% ou 99%... Alors afficher les gains sur Arlon-Aachen ...

      Et cela en dit long aussi sur les méthodes de justification de CHB...

    • En fait, c’était ironique. Entre faire 180 et 150 km, je vois plus trop de différence. Une fois qu’on est lancé c’est pas 15 à 20 minutes sur un trajet plus d’une heure qui changent beaucoup. Enfin, c’est l’habitude des longs trajets peut-être.
      Puis Aachen Arlon c’est super représentatif, je crois qu’il faut plutôt voir Koln-Metz (pour avoir des insdustries avec des camions qui circulent entre les deux). L’écart relatif devient alors encore plus faible. Joie !

  • Après la manifestation du collectif pour un moratoire sur la liaison autoroutière Cerexhe-Heuseux et Beaufays, ECOLO à fait entendre sa position "OUI au tram, NON à l’autoroute", ce jeudi 20 décembre, à l’entrée de la réunion du Gouvernement wallon.

    L’idée d’investir massivement dans un projet autoroutier même remarque que supra fait pleurer. En résumé, 400 millions d’euros (près de la moitié du Plan Marshall !) pour 12,5 km de bitume ! Une somme considérable pour une politique anti-écologique, somme qui pourrait être allouée à développer les transports publics. Malgré les déclarations pro-environnementales des responsables politiques des partis traditionnels, la politique régionale en matière d’équipement continue d’être majoritairement orientée vers la voiture.

    En 1969, ce projet séduisait, il représentait une opportunité supplémentaire pour accéder à la ville, simplement, il offrait la possibilité aux gens de se faciliter la vie. Parallèlement, il inquiétait ceux qui se trouvaient condamnés à une expropriation ou encore ceux qui subiraient les nuisances consécutives à cette autoroute. Aujourd’hui, ce projet est une idée du passé, ce fantasme est axé sur le court terme, cette lubie oublie les besoins des gens.

    CHB, c’est un tracé qui dégraderait la vallée de la Vesdre, un projet qui ruinerait encore un peu plus la Région wallonne, un choix qui condamnerait encore un peu plus la mobilité des plus démunis. Dès lors, un collectif courageux a choisi de proposer d’allouer les 400 millions d’euros destinés à l’ineptie autoroutière à un réseau de tram qui réorienterait la mobilité sur Liège. Dans cette dynamique, Ecolo propose de créer un Fonds destiné à recevoir les 400 millions € prévus pour l’autoroute et de les investir afin d’amorcer une mobilité pour tous et durable sur l’agglomération liégeoise.

    Hélas, si le principe d’un tram n’est plus repoussé d’un revers de la main, l’abandon de la liaison, lui, relève toujours de l’improbable. Une idée fixe ? Les problèmes liés à la mobilité eux ne le sont pas. Ainsi pendant que des villes françaises modernes (Strasbourg, Nantes, Lille…) voient le taux de voitures en ville diminuer considérablement, Liège assiste immobile à l’engorgement automobile. Parallèlement, nous préférons ne pas attendre que le pétrole soit à 5 euros le litre pour proposer aux gens une alternative.

    C’est pourquoi Ecolo en appelle à la cohérence et demande à ce qu’on oublie le projet CHB pour s’orienter vers un projet structurant, un tram. Celui-ci représente un engagement considérable, ce n’est pas un gadget, il s’agit d’un choix politique axé sur le long terme qui réclame des réponses fortes et structurées sur sa réalisation. Autrement dit, nous ne voulons pas d’un tram se contentant de relier les Guillemins à la place St Lambert mais un tram proposant une mobilité alternative moins couteuse et plus propre, une mobilité durable pour tous.

    CHB et le tram ne sont pas deux éléments dissociés mais un problème global de mobilité, un choix responsable et plus que symbolique qui doit offrir à Liège l’occasion d’entrer enfin dans le 21ème siècle. Les bouts de ficellen aussi opportunistes soient-ils, n’orientent pas le bien être de la population.

    Source

  • Est-ce que tous ceux qui militent contre la liaison autoroutière sont prêts à abandonner leur ’tite auto pour prendre le tram ou le vélo comme principal mode de déplacement ?
    Je me permets d’en douter.
    Combien ont emprunté les transports en commun ou sont venus à pied ou à vélo pour manifester aux Guillemins contre ce projet autoroutier ?
    Méfions-nous de l’effet nimby !

    • Cette façon de poser le problème est assez perverse. Parce que les choix de société sont collectifs et que nous en sommes tous dépendants (particulièrement en matière de transports).

      Si nous demandons d’autres priorités en matière de mobilité, c’est justement parce que nous faisons le constat que la situation actuelle est (très) insatisfaisante, que, dans bien des cas, le choix des transports en commun relève d’une sorte d’héroïsme (c’est plus lent, c’est moins fiable, c’est moins confortable et c’est même parfois plus cher que la voiture !). Dès lors, exiger des promoteurs d’une autre mobilité qu’ils appliquent individuellement des options qui n’ont de sens que si elles sont adoptées collectivement revient — dans le chef des gens qui comme vous se complaisent dans cette attitude intellectuellement bien peu rigoureuse — à ajouter le mépris à l’inertie.

      FS
      cycliste quotidien

    • La réaction de FS est pour le moins mesurée, je me permets d’en souligner la pertinence.

      Pour ma part, ne signez plus "Pigeon wallon" mais "Connard", tout court. Votre courte prose est nombriliste, inepte, stupide, égocentrique, courte vue, parano, ... Que du bon.

      En d’autres lieux, auriez-vous déjà écrit sur les dangers de la libre expression non contrôlée ? Doutez, mon bon pigeon, doutez. Vous n’êtes pas seul. Quant à Nimby, puis-je vous suggérer plutôt d’étudier l’argumentation ? J’y vais moi-même de ce pas tant mon emportement m’a égaré. Mais je persiste et signe.

  • Un autre argument pour être contre la création d’une nouvelle autoroute au coût démesuré : le rapport de la Cour des Comptes dit que le réseau wallon actuel est déjà mal géré et mal entretenu... Source : Le Soir

    http://www.lesoir.be/actualite/belgique/un-rapport-de-la-cour-des-2008-01-06-569804.shtml

    • Plutôt que d’entretenir le réseau routier, le ministre wallon de l’Equipement, Michel Daerden (PS), a choisi la fuite en avant, estime Ecolo. Les Verts reprochent au gouvernement de vouloir investir 800 millions d’euros dans l’extension des autoroutes wallonnes. Or, selon eux, la moitié de cette somme permettrait d’assainir dans l’urgence l’ensemble du réseau wallon. "La Cour des comptes vient d’épingler l’état du réseau routier et autoroutier régional wallon. Elle officialise ainsi ce que chaque usager de la route constate chaque jour : le réseau routier régional wallon est en mauvais état et cela empire d’année en année", a souligné Ecolo dans un communiqué.

      Selon la Cour, un bon entretien des routes en Wallonie impliquerait le doublement du budget qui y est consacré et l’instauration d’une vignette, que préconise M. Daerden, ne réglera pas le problème, constatent les Verts. Et d’épingler l’attitude du ministre : "incapable d’entretenir le patrimoine routier wallon, le ministre s’obstine encore à l’agrandir, prévoyant 800 millions d’euros pour l’allongement des autoroutes wallonnes".

      Ecolo a donc dénoncé "les contradictions ministérielles" en matière d’infrastructures routières et a répété sa demande d’un moratoire sur l’aménagement de la future liaison autoroutière Cerexhe-Heuseux/Beaufays. Quant au projet de vignette de M. Daerden, les Verts ont rappelé leurs réticences. Ils sont partisans d’un mécanisme reposant sur un accord de coopération entre les trois Régions et qui tiendrait compte du nombre de kilomètres parcourus, du caractère polluant du véhicule et de son impact sur l’infrastructure.
      Liens publicitaires

      Source : La Libre Belgique

  • Lu dans La Libre Belgique du 15.01.08 :

    L’assemblée sera saisie des plus gros projets d’infrastructure déclarés d’intérêt régional. Objectifs : un traitement plus démocratique et rapide.

    Sur papier, ce serait une petite révolution : il ne reviendra bientôt plus à l’administration et au ministre compétents, mais au Parlement wallon, d’accorder certains permis. Ainsi dit un projet de décret sur les "autorisations régionales". Porté par 2 ministres CDH (Antoine à l’Aménagement du territoire et Lutgen pour l’Environnement), il est passé en première lecture en gouvernement et doit être voté d’ici à l’été.

    ... ... ...

    Au fait, le décret s’appliquera pour tous les dossiers à venir. Quant aux sujets en cours (on songe notamment aux deux dossiers autoroutiers ultrasensibles du Sud de Charleroi et de Cerexhe-Heuseux/Beaufays), c’est moins clair, mais il reviendrait au Parlement de décider s’il veut en "récupérer".

    ... ... ...

    Lire l’article complet